Aller au menu Aller au contenu

Que voir et que faire en Alaska ?

Signifiant « la grande terre » en langage Aléoute, l’Alaska n’est pas seulement le plus grand des 50 États américains, c’est aussi une grande terre de voyages, trop souvent oubliée comme destination touristique. C’est un tort, car ces grands espaces au Nord-Ouest du Canada, séparés uniquement de la Russie par le mythique détroit de Béring, offrent la possibilité d’explorer le Grand Nord dans des conditions idéales, et souvent bien moins chères que du côté du Groenland. Vous faites partie des téméraires voyageurs à vouloir entreprendre un périple sur ces terres sauvages et vous demandez que voir et que faire en Alaska ? Petit panorama des incontournables à greffer à votre itinéraire !

Que voir pour des vacances en Alaska ?

 

Partir en vacances en Alaska, c’est faire avant tout le choix de la nature et des grands espaces, dans un sentiment de liberté et de dépaysement complet. Mais le voyageur en quête de culture ne sera pas déçu pour autant, à la découverte de la diversité culturelle de ces peuples amérindiens, dont les coutumes et les danses traditionnelles nous ramènent aussi à l’art primitif dans toute sa splendeur.

Que voir en Alaska, côté villes ?

 

À la question « que voir en Alaska ? », le commun des mortels aurait une tendance évidente à répondre « les grands espaces ». Certes. Pourtant, bien loin des mégapoles nord-américaines, les villes de l’Alaska méritent également le détour. Cités avant tout fonctionnelles, elles dégagent pourtant une incroyable atmosphère. Et elles sont le lieu idéal pour découvrir le mode de vie des locaux, visiter des musées ou aller dans des clubs locaux.

 


La capitale, Juneau, n’est accessible qu’en avion ou en bateau. Située à l’extrême sud du pays, c’est une ville au charme indéniable, avec son Capitole et son théâtre, dans un cadre de toute beauté, au pied des glaciers Juneau. En visite à Juneau, prenez le téléphérique du Mount Roberts qui domine la ville pour la découvrir dans son ensemble, avec un panorama fait de parcs et de glaciers à perte de vue.

 


Blottie entre Pacifique et monts enneigés, Anchorage peut être considérée comme la capitale économique de l’État, vivant principalement de la pêche, du pétrole et des activités minières. Le dépaysement y est pourtant complet, tant elle n’a pas perdu son ancrage naturel : on y a déjà entrevu des ours noirs, peureux, fuir à travers ses ruelles direction la montagne.

 


Plus typique est le petit village de pêcheurs de Petersburg, au cœur de la forêt Tongass. C’est un point de départ idéal pour aller observer en mer les baleines. Parmi les haltes à ne pas manquer, la jolie ville de Haines, petite péninsule de terre qui s’étend au cœur d’un incroyable fjord glaciaire, offre une vue assez incroyable à 360°.

Que voir en Alaska, côté nature ?

 

Les Parcs Nationaux d’Alaska, nous y venons ! Si l’exploitation du sous-sol en Alaska a connu de nombreuses polémiques, il n’en reste pas moins que l’État entretient d’immenses parcs nationaux de toute beauté, grands espaces préservés de l’activité humaine. C’est une succession de glaciers, de forêts, de lacs, aux portes de l’Arctique.
S’il est possible de visiter l’Alaska été comme hiver, les conditions de transport et les activités ne sont pas les mêmes, d’où l’intérêt de faire appel à un spécialiste pour bien préciser d’abord ses goûts et ses envies.

 

Le Parc Denali est connu dans tous les États-Unis, car il abrite en son cœur la plus haute montagne du pays, le Mount McKinley (6 194 m).

 


La Denali Highway, dont l’essentiel n’est pas goudronné, fait quant à lui partie des plus belles routes scéniques des Amériques. Dans un silence absolu, l’on s’ébahit devant la faune et les paysages à perte de vue. En juin, le Parc Denali se peuple d’une quantité impressionnante d’oiseaux, tandis que la végétation éclate de sa beauté.

 


Le Parc national Wrangell Saint-Elias reste un autre incontournable, notamment pour les amoureux de randonnées. C’est le plus grand Parc américain, proposant sur plus de 50 000 km² des paysages uniques, se prolongeant par la plus importante étendue glaciaire au monde en dehors des pôles. Vert des forêts et blanc immaculé des glaciers alternent au gré des saisons, dans une harmonie parfaite, à la fois romantique et fantasmagorique.

 


Côté mer, les Parcs nationaux de Kenaï ou du Glacier Bay dévoilent leurs paysages de fjords majestueux, de glaciers enneigés, tout en abritant une faune incroyablement riche et préservée. Phoques, éléphants de mer, oiseaux marins, marsouins et baleines à bosse apparaissent finalement comme les vrais habitants de ces territoires sauvages. Seul le grondement au loin d’un bloc de glace qui cède vient parfois interrompre le vacarme des macareux, cormorans et autres albatros.

 


Enfin, seuls les plus sportifs auront le privilège d’accéder au parc le plus septentrional du pays, l’exceptionnel Portes de l’Arctique. Accessible uniquement par la rivière ou en trek, sa visite nécessite une bonne condition physique et un guide local. Mais le résultat est à la hauteur des attentes ! Le parc Gates of the Artic propose aussi plusieurs sites archéologiques prouvant l'histoire millénaire de la culture amérindienne inuit.

Que faire pour des vacances en Alaska ?

 

Ces espaces du Grand Nord sont des vacances idéales pour les amoureux de nature, de randonnées et d’activités extérieures. Plutôt terre, plutôt mer voire plutôt air ? Voici désormais quelques activités à faire en Alaska.

Que faire en Alaska, côté terre ?

 

À Fairbanks, la deuxième ville d’Alaska, il faut prendre le temps de visiter le Musée du Nord qui vous dévoile, avec ses collections d’histoire naturelle, d’art ou d’histoire, l’essentiel de la culture Inupik. C’est une plongée dans l’univers des Amérindiens, pour voir comment l’homme réussit toujours à s’adapter à des environnements pourtant en apparence très hostiles.

 


À proximité de Juneau, l’incontournable reste l’exploration du Glacier de Mendenhall, traversé par des tunnels de glace qui se visitent avec guide. Quel que soit le temps extérieur, vous partirez protégé dans un univers de glace avec un incroyable jeu de lumière ! Dans ces tunnels, les cristaux de neige vous renvoient des dégradés de bleu d’une incroyable densité. Faire du kayak sous la glace, protégé par des parois glaciaires majestueuses, reste un souvenir saisissant qui marque les souvenirs d’un voyageur.

 


Le jour, les immenses étendues neigeuses, notamment l’hiver, sont une invitation à jouer l’aventurier explorateur, que ce soit en motoneige ou en traîneaux à chiens. Guidé par les huskies, vous traverserez des forêts de toute beauté, longerez des lacs gelés, et admirerez les dégradés de couleur sur le blanc immaculé. Avec un peu de chance, vous pourrez aussi assister aux courses locales de chiens de traineaux, qui font encore partie des festivités locales !

 


Autre activité incontournable à faire en Alaska : pêcher en rivière ou sur un lac, avec des guides locaux et de finir la journée dans des sources d’eau chaude naturelles et reposantes, comme celles de Chena.

 


Le soir, hors de question de se reposer de ces riches journées ! L’heure est venue de chasser les aurores boréales, ces moments magiques où le ciel s’embrase de traînées vertes donnant une impression de fin du monde. Elles sont visibles essentiellement l’hiver d’octobre à avril entre 23h et 1h du matin. Fairbanks est un spot idéal, sachant qu’on les observe parfois en pleine ville !

Que faire en Alaska, côté mer ?

 

Impossible enfin de ne pas découvrir l’Alaska par la mer, pour explorer la puissance de ses fjords et le spectaculaire de ses glaciers.

 


Une croisière à Glacier Bay permet d’approcher au plus près ces majestueux murs de glace et ces icebergs étincelants, ressemblant parfois à de vraies sculptures de glace plus ou moins translucides.

 


Les dégradés de bleu et les jeux de lumière offrent une image à la fois poétique, pleine de douceur, sans pour autant faire oublier la puissance et la force de ces blocs dont on entend régulièrement le fracas étourdissant en tombant dans l’eau.

 


En été, d’avril à novembre, les baleines à bosses longent toute la côte sud-est de l’Alaska, notamment dans la région de Juneau : c’est alors un moment magique, climax d’un film où la nature est l’héroïne, et le touriste un spectateur ému et respectueux.

Que faire en Alaska, côté air ?

 

Et pourquoi pas ? Les conditions climatiques extrêmes l’hiver sont telles que se déplacer par les airs en Alaska est devenu une forme de routine, plus simple et plus sécurisée que la route.

 


N’hésitez donc pas à découvrir l’Alaska depuis le ciel ! Un survol de glacier, avec ses « rivières de glace » aux couleurs de lagon, et parcourent des étendues sans fin de blanc lumineux, constituera un moment magique !

 


Des hydravions permettent aussi de rejoindre des lacs au cœur de la forêt, tandis que les plus sportifs se poseront sur un glacier en hélicoptère. Pour des raisons écologiques, ces vols sont limités et se font le plus souvent avec de petits hélicoptères, aux dernières normes anti-pollution.

Découvrez d'autres articles sur mesure

Quel Road Trip choisir aux États-Unis ?

Terre de liberté et de grands espaces, les États-Unis font partie de ces pays qui se visitent en avalant les kilomètres, pour découvrir des paysages mythiques et non moins fascinants. De Jack Kerouac à Bagdad Café, de John Steinbeck à Easy Rider, ces grandes échappées routières font partie de l’imaginaire et de la culture nord-américaine, où les pick-up rehaussés, les motos chromées, les longs semi-remorques et les vans restent des objets cultes. Visiter les États-Unis en road-trip reste donc une expérience des plus complètes pour s’imprégner encore mieux de l’histoire du pays, toutes les régions ou presque proposant leurs routes de légende.Route 66, la "Mother Road" des USA     À tout seigneur tout honneur, difficile de ne pas commencer par la mère de toutes les routes, pour reprendre l’expression de Steinbeck : la célèbre route 66. Cet itinéraire mythique et longiligne déverse ses 3940 km d’asphalte d’est en ouest, des gratte-ciels de Chicago aux plages de rêve de Santa-Monica... Que voir en choisissant un road-trip sur la route 66 aux USA ?   Même si elle n’a plus d’existence légale, la légendaire route 66 résume à elle seule toute l’histoire des États-Unis : des ex-stars de la Country dans le Missouri aux descendants des cowboys en Oklahoma, des fermiers de l’Illinois aux chercheurs de terre promise en Californie, elle promet des rencontres inoubliables et des paysages à couper le souffle. Villes immenses, rivières paisibles, réserves protégées, déserts rugueux rougeoyants et autres vieux motels s’enchaînent dans une incroyable impression de liberté et de dépaysement, à la découverte de panoramas nouveaux, nous paraissant pourtant si familiers.   S’il existe bien quelques incontournables – la fascinante Chicago, le Painted Desert en Arizona avec sa forêt pétrifiée et ses couleurs envoûtantes, la ville fantôme de Calico en Californie et son atmosphère nostalgique, le Bagdad Café à New Berry Springs à l’ambiance simplement unique, ou encore la vivifiante côte californienne – les points d’intérêt ne manqueront pas le long de ce road-trip.   De nombreuses œuvres d’art honorent désormais la route 66, la plus connue et la plus symbolique étant sans conteste Cadillac Ranch au Texas, succession de dix Cadillac plantées à la verticale dans le sol, comme les arbres mécaniques d’une société où la voiture reste un objet culte.Comment faire un road-trip sur la route 66 aux USA ?   Il faut un minimum de 18 jours pour parcourir le trajet dans son intégralité. Mais vous pouvez aussi l’organiser en tronçons. Évitez si possible l’hiver, car certaines routes sont peu praticables, ainsi que le cœur de l’été (juillet-août), où les 40° peuvent vite devenir plombant.     L’itinéraire se fait idéalement d’est en ouest, mais les locations sont parfois moins chères en one-way dans le sens opposé.     En saison, il est plus sage de réserver. Mais il existe tout au long de la route 66 une multitude de petits motels typiques pour vivre à 100 % l’American way of life. Au style fifties ou sixties, replongez-vous dans la grande époque de l’automobile !     Le petit plus consiste à louer une Harley Davidson pour se transformer en rider, à avaler l’asphalte sous une chaleur et une lumière dignes d’un film d’Hollywood.      Pour organiser votre road-trip sur la Route 66, n’hésitez pas à contacter Karen, notre spécialiste Etats-Unis qui sera ravie de vous organiser le plus beau des voyages ! Un road trip côté Est pour découvrir la Floride     Avec ses eaux cristallines et ses températures incroyablement douces, la Floride se prête particulièrement bien à un road-trip pour rejoindre Orlando à Key-West, avec la possibilité d’une boucle pour remonter ensuite à son point de départ via Les Everglades et l’île de Sanibel. Seul ou en famille, voilà un road-trip incroyable pour découvrir la Gold Coast américaine !Que voir en choisissant un road trip en Floride ?   La Highway One, qui traverse les USA du nord au sud s’étend au total sur 3813 km. Sa borne 0 est située dans la ville de Key West, et vous traverserez 15 États jusqu’au Canada !   La partie la plus magique en Floride reste son extrémité sud, l’Overseas Highway, une succession de ponts permettant d’embrasser tout l’archipel des keys avec ses dégradés de vert et de turquoise, et dont les eaux cristallines invitent au farniente ou au snorkeling.   Au nord de Miami l’envoûtante, Orlando et Cap Canaveral s’imposent comme incontournables, tandis que Key Largo et Key West au sud, se présentent comme deux lieux de villégiature à la renommée largement méritée.      Sur la côte ouest, Crystal River est inoubliable pour une expérience unique : la possibilité de nager avec des lamantins en milieu sauvage.     Comment faire un road trip en Floride ?   Comptez une semaine si vous vous contentez de Miami et des Keys ; deux si vous envisagez une boucle plus complète pour visiter la Floride plus profondément. C’est une région fortement ensoleillée lui ayant valu son surnom de Sunshine State, mais veillez à éviter la période humide de mai à octobre, et notamment la fin de l’été ou les tempêtes sont fréquentes.     Le must consiste à effectuer ce road-trip en décapotable, dans le pur esprit Miami !Un road trip côté Ouest pour découvrir l'ouest américain et les parcs nationaux     S’il existe une région des États-Unis qui symbolise à elle seule les grands espaces, c’est bien l’ouest américain, avec des endroits mythiques comme Monument Valley ou le Grand Canyon du Colorado ! Les parcs nationaux sont d’une telle richesse qu’il est d’ailleurs impossible de tous les découvrir en un seul voyage. Attachez vos ceintures, le must américain vous attend. Que voir en choisissant un road trip dans l'Ouest Américain ?   Résumer l’ouest américain en quelques mots est impossible, tant ses sites sont variés ! Rien de commun en effet entre les séquoias géants de Yosemite, et la terre rouge sacrée des réserves Navajo de Monument Valley. Rien de commun non plus entre le bleu profond du Lake Powell, et les magnifiques dégradés de rouge et d’ocre de Bryce Canyon ou de Zion, ni même entre les maisons victoriennes de San Francisco et les splendides propriétés de Beverly Hills. C’est pourtant tout ça, l’Ouest américain ! L’alliance de la nature et de la démesure, permettant de passer en quelques heures du silence de la Vallée de la Mort à la folie de Las Vegas.     Choisir un road-trip dans l’ouest américain, c’est la certitude de vivre la liberté du rêve US, en parcourant à son rythme quelques-unes des plus belles routes scéniques du monde. Découvrez la California Dream Highway pour longer le Pacifique et ses falaises parfois impressionnantes ; sillonnez la Monument Valley Scenic Drive, où l’incroyable coucher de soleil prend la couleur de la terre, semblant toucher les mesas sacrées dressés vers le ciel tout en adoptant leur couleur…    Comment faire un road trip en Californie ou dans l'Ouest Américain.   Un road-trip en Californie ou dans l’ouest américain doit bien se préparer. Il vous faut en effet bien apprécier les distances en fonction du temps dont vous disposez. De plus, l’offre d’hébergement, notamment dans les Parcs Nationaux en haute saison, se remplit très vite. D’où l’intérêt d’avoir recours à un spécialiste.      Côté saisonnalité, ce road-trip peut s’organiser toute l’année, sauf l’hiver où certaines routes du Parc Yosemite sont enneigées. L’idéal reste la période de mai à octobre, avec toutefois des températures très chaudes en juillet-août notamment du côté de la Death Valley. Un road trip pour les amoureux de la musique : La route du Blues ou Blues Highway 61   Outre ces quelques routes mythiques, les États-Unis offrent bien d’autres possibilités en matière de road-trip, tant l’automobile fait partie du mode de vie ! Même Bob Dylan, dans son album Highway 61, a contribué au mythe de certains trajets, à l’instar de la route du blues, qui file sur 1600 km de Chicago à la Nouvelle Orléans.     Longeant le Mississippi au cœur de l’Amérique profonde, la Highway 61 s’étend officiellement de Wyoming (Minnesota) à La Nouvelle-Orléans (Louisiane), en traversant quelques-unes des villes plus mythiques des amoureux de jazz, de country, de rock ou de blues. Saint-Louis, Memphis ou Nashville sont autant de cités où la culture musicale est encore puissante, sur la trace de chanteurs légendaires encore célébrés sur place, dans des clubs où les soirées s’écoulent dans une atmosphère joyeuse et bon enfant.     Plus qu’un pèlerinage musical, la Route du blues, est aussi une découverte de l’histoire américaine et de l’esclavage, célébrant cette musique créée par les Afro-américains travaillant dans les champs de coton pour se faire entendre.     Choisir ce road-trip aux États-Unis est aussi un moyen de comprendre, à travers l’histoire ancienne, ce qui fait aujourd’hui encore toute l’âme et la culture des USA, un pays symbole de liberté, marqué aussi par sa complexité.Un road trip sur la Pacific Coast Highway US1 - De San Francisco à Los Angeles   L’une des plus belles routes panoramiques au monde, qui longe la côte Californienne.    Elle offre des vues incroyables sur l'océan Pacifique, le long des forêts de séquoias et serpente en pleine nature. Cette zone côtière se distingue par des falaises qui tombent à pic dans le Pacifique.     Le trajet, du nord au sud de la Californie, par exemple de San Francisco à Los Angeles, pour être du bon côté de la route, et ainsi avoir les nuances de bleu de l’océan directement à votre droite, en suivant la route côtière, la Pacific Coast Highway n°1, est une expérience inoubliable. Que voir en choisissant un road trip de San Francisco à Los Angeles ?   Au départ il y a San Francisco, un passage obligé dans tout voyage en Californie, ne serait-ce que pour admirer son célèbre Golden Gate dont les deux tours émergent, en été, d’une mer de brouillard.   Passage ensuite par Monterey, la station balnéaire de San Francisco. Une péninsule dans le Pacifique.    Passage obligé ensuite par Carmel,    Puis Big Sur, avec le Bixby Creek Bridge emblème de la Highway 1.  Big sur est l’une des perles de la Côte Ouest.  Spectaculaires reliefs découpés, forêts de séquoias, falaises abruptes qui se jettent dans l'océan, torrents… Le parc national de Big Sur est l'endroit rêvé pour tous les amateurs de nature sauvage.   Halte obligée au Julia Pfeiffer Burns State Park, un endroit paradisiaque. Un vrai paysage de carte postale, avec ses pins, sa plage de sable fin, sa cascade s’écoulant dans la mer….      Plus au sud, faites une halte dans la Riviera Américaine, et la fameuse Santa Barbara.    Continuez vers Palm Springs, et petit arrêt à Joshua Tree !      Toujours par la Côte, rejoignez ensuite les plages du quartier de Santa Monica à Los Angeles.Et vous, quel sera votre prochain road-trip ? Quelle aventure choisissez vous ?      Pour parcourir les routes mythiques des Etats-Unis, n’hésitez pas à contacter Amériques Aventure.      Plus d’infos : info@ameriques-aventure.com
Demander un devis
Nous vous recontactons, à la vitesse de la lumière !
Newsletter Amériques Aventure
Je m’abonne à la newsletter (une par mois) et je reste informé(e) des nouveautés