Aller au menu Aller au contenu

Inspirations et articles de
Amériques Aventure

Faune et Flore du Costa Rica

Bienvenue au Costa Rica !    Si le Costa Rica peut aujourd’hui se targuer d’être LA destination du tourisme vert et de l’écotourisme par excellence, ce n’est pas sans raison. Loin de suivre un phénomène de mode, le pays a en effet été précurseur, en créant dès 1960 plusieurs dizaines de parcs nationaux, dont les plus connus  sont les Parc National Manuel Antonio et Corcovado (côté Pacifique), le Parc National Tortuguero (côté Caraïbes) et le Parc national Poas (Vallée Centrale). En créant ces immenses réserves animalières et biologiques, le pays voulait alors préserver une biodiversité exceptionnelle. Aujourd’hui, le Costa Rica consacre 23% de sa superficie à la protection de sa faune et sa flore, faisant de cette destination ensoleillée un paradis pour les amoureux de la nature.Faune et flore du Costa Rica, pourquoi une telle biodiversité?   A l’échelle du monde, le Costa Rica ne représente que 0,03 % de la surface totale de la terre émergée… Mais ces 0,03% correspondent pourtant à 6 % de la biodiversité mondiale ! Un tel décalage interroge, et prouve en tout cas l’incroyable biodiversité du pays, tant pour les plantes que les animaux.   En réalité, cette nature si généreuse s’explique par les nombreux écosystèmes qui couvrent le pays, et qui découlent en grande partie de sa géographie.   Avec deux aires continentales bordées par deux océans, Atlantique et Pacifique, séparées par une chaîne de volcans, cet éden tropical propose en effet une grande variété de microclimats, et donc d’écosystèmes, où ont pu s’épanouir une faune et une flore très riches.   Impossible évidemment d’en faire la liste car, rien que côté faune, le Costa Rica ne recense pas moins de 615 espèces différentes, soit 6 fois plus que celles recensées en Amérique du Nord ! Et c’est en explorant les différents écosystèmes que le voyageur prendra la mesure de cette nature sauvage, encore préservée des activités humaines souvent délétères.     Prenez donc le temps d’explorer les différents parcs avec des guides locaux, amoureux de leur patrimoine naturel, qui sauront vous faire entrer en communion avec cette terre imposant véritablement le respect.De la forêt primaire à la forêt de brouillard   On sait aujourd’hui la place essentielle que jouent pour la planète les forêts tropicales humides, et les forêts primaires n’ayant jamais connu l’activité humaine. Ces dernières sont considérées comme étant les biotopes les plus riches.   Avec sa chaine volcanique et ses deux océans, le Costa Rica possède plusieurs forêts de brouillard, où se forme un halo presque fantasmagorique et envoûtant.   Le Parc National Braulio Carrillo, au centre du pays, est la plus grande étendue de forêt primaire, avec 47 600 ha qui accueillent plus de 6000 espèces de plantes, soit 50% de la totalité des espèces répertoriées au Costa Rica. Ses fougères géantes sont capables de protéger une famille entière de la pluie, d’où leur surnom de parapluie de l’homme pauvre ! Les sentiers permettent de découvrir quelques-unes des 500 variétés différentes d’oiseaux, résidents et migrateurs, qui peuplent le parc.   Mais la rain-forest la plus majestueuse reste sûrement la réserve de Monteverde, considérée par beaucoup comme l’une des plus belles forêts de brouillard du Costa Rica. C’est un endroit idéal pour découvrir la flore endémique riche en orchidées (il en existe 1500 espèces différentes au Costa Rica) ou en héliconies, accompagnées d’une multitude d’oiseaux et de papillons.   La réserve propose plusieurs ponts suspendus pour apprécier la canopée, ainsi qu’un vivarium pour en apprendre plus sur les espèces endémiques de serpents, de grenouilles ou de salamandres. Les dendrobates (8 espèces différentes au Costa-Rica) ou les grenouilles de verre (13 espèces) sont parmi les plus typiques du pays.   Ce sont d’ailleurs pour certaines des espèces menacées ou en cours de disparition, comme la superbe grenouille arlequin ou le crapaud doré de Monteverde.La forêt équatoriale et ses bruits parfois inquiétants   En dehors des forêts humides souvent dans le brouillard, le Costa Rica réserve aussi aux visiteurs de magnifiques forêts équatoriales « classiques », peuplées d’animaux parfois très bruyants, et de plantes épiphytes !   Vous y découvrirez des arbres uniques au monde, comme l’impressionnant Ceibo haut de 70 mètres, ou le figuier étrangleur qui semble enserrer une proie avec son allure humaine ! Loin de se contenter d’un camaïeu de vert, ces forêts vous offriront des couleurs chatoyantes, à l’instar du jaune lumineux du Corteza Amarilla, du rouge du Flamboyant ou du spectaculaire bleu du Jaracanda en fleurs.   Prenez le temps d’observer les nombreux oiseaux qui peuplent ces forêts, dont les reflets lumineux apportent encore une touche de couleur et de lumière. Admirez par exemple le toucan, reconnaissable à son énorme bec jaune ! Les plus chanceux pourront percevoir le Quetzal resplendissant, avec sa poitrine rouge et sa longue queue verte. C’est lui qui fait notamment la renommée du Parc National Los Quetzales.   En levant les yeux vers les cimes, vous pourrez aussi contempler les nombreux mammifères qui vivent dans la forêt équatoriale, comme des paresseux, des singes capucins à tête blanche, des singes écureuils ou de spectaculaires singes hurleurs, dont le cri porte à 1 km ! Ils sont fréquemment observés dans le Par National Manuel Antonio.     Certains animaux sont plus difficiles à entrevoir, mais réservent alors des moments de grâce, comme le Tapir de Baird ou, plus rare car très peureux en réalité, le jaguar du Parc National Corcovado. Vous en finirez presque par oublier les charmants Coati à nez blanc, sorte de ratons laveurs que vous croiserez surement à de multiples reprises !Les zones humides et les lagunes, un écosystème merveilleux   En descendant des forêts tropicales humides vers les forêts tropicales plus sèches, les écosystèmes changent, avec souvent des zones intermédiaires humides composées de marais ou de mangroves, où l’eau et la terre semblent fusionner comme une ode à la vie et à la nature.   Comment ne pas être émerveillé par les berges sablonneuses des canaux du Parc National de Tortuguro, dont les lacis marécageux s’étendent dans une forme d’indolence qui impose le respect ? C’est dans ce coin du bout du monde, sur les côtes Pacifique, que viennent pondre les tortues-luth géantes de mars à juillet, et les tortues vertes de juin à octobre ; c’est un spectacle saisissant !     Côté terre, ce parc est un paradis qui accueille sur 19 000 ha quelque 300 espèces d’oiseaux, 111 espèces de reptiles et 60 espèces de mammifères. Les canaux se parcourent en petit bateau, souvent accompagné par des libellules saphir qui rajoutent à ce moment de grâce une touche de magie. Si le parc est très riche en oiseaux endémiques, comme les oropendolas à bec coloré ou les tangaras, il accueille aussi l’hiver de nombreuses espèces migratrices, venues profiter ponctuellement de ce coin de paradis.La Côte Pacifique ou Caraïbes, riche en rencontres et en émotions   Côté mer, les écosystèmes marins se modifient totalement. Mais là encore, les rencontres s’annoncent magiques entre dauphins, lamentins (du côté de Puerto Viejo de Talamanaca notamment), baleines ou tortues marines en saison.   Le Costa Rica accueille ainsi sur ses côtes Pacifique aussi bien la tortue olivâtre, la plus petite des tortues marines du pays (ponte en septembre octobre sur la Playa Ostional du Parc National Fauna Silvestre Ostiona), que l’impressionnante tortue luth qui peut dépasser les 350 kilos (pic de ponte en octobre novembre sur les plages des péninsules d’Osa et de Nicoya) !   C’est aussi côté Pacifique que vous pourrez observer les 3 espèces de baleines qui longent les côtes du Costa Rica : la baleine à bosse, la fausse-orque et le globicéphale baleine-pilote.   Côté Pacifique sud, privilégiez le Parc National Marino Ballena, la baie de Drake et le PN de Corcovado ; pour le Pacifique Nord, préférez le golfe de Papagayo. Les dates varient selon les espèces, mais janvier-avril reste la période idéale.   Quant aux plongeurs, ils ne sont pas en reste, avec là aussi une faune allant des dauphins à gros nez aux raies Manta, en passant par le gentil requin-baleine, impressionnant avec ses 2 tonnes et ses 6 mètres de long !       À lui seul, il symbolise toute la puissance et la douceur de cette exceptionnelle faune et flore du Costa Rica, qui incitent toutes deux, plus que jamais, à continuer de préserver une nature ailleurs menacée.Découvrez le Costa Rica avec Amériques Aventure ! 

Comment bien préparer son voyage en République Dominicaine ?

Tous nos conseils pour vivre le plus beau des voyages en République Dominicaine.

À l'assaut des grands espaces américains

Vaste territoire les amériques regorgent de trésors et de paysages à couper le souffle. Découvrez un panorama des plus beaux paysages de cette partie du globe.

Que voir et que faire aux Galapagos ?

Constituées de 19 îles volcaniques principales sur 127 au total, les Îles Galápagos sont isolées au cœur du Pacifique, à 1 000 km des côtes, accessibles uniquement au départ de l’Équateur à qui elles appartiennent territorialement. Leur nom, qui signifie littéralement « Îles des Tortues de Mer », traduit ce qui fait la richesse unique de ce territoire, véritable musée d’histoire naturelle à ciel ouvert. Une faune et une flore uniques au monde y cohabitent, justifiant en soi un voyage en Équateur et une visite des Galápagos. Cette richesse et cette biodiversité, sauvegardées avec l’aide de l’UNESCO, en font un sanctuaire totalement préservé de la planète. Que voir et que faire aux Galapagos ? Voici quelques clés pour réussir votre séjour sur place.Que voir aux îles Galapagos ?   97% du total des Îles Galápagos sont classés depuis 1959 en Parc National, reléguant les activités hôtelières, commerciales et militaires sur uniquement 4 à 5 îles. Ces capacités d’accueil réduites et réglementées sont telles que l’on ne peut envisager un voyage aux Galápagos sans l’aide d’un spécialiste. Plusieurs excursions sur place nécessitent même un guide local.   L’idéal est alors de caboter en croisière, ou bien de loger sur plusieurs îles, les principales étant Isla de Santa-Cruz, Isla Isabella, Isla Floreana et Isla de San Cristobal.   L’atterrissage sur l’aéroport de Baltra, petit bout de terre comme perdu au milieu des flots, offre déjà la promesse de vacances inoubliables.Les principales îles à greffer à votre itinéraire   Les Galápagos se caractérisent d’abord par des paysages de rêve et très variés, allant des pentes abruptes et rougeoyantes d’un volcan, au dégradé de bleu d’un lagon tropical.   Chaque île a ainsi une identité propre et une beauté toute singulière, obligeant à en visiter plusieurs pour avoir une vision parfaite de l’archipel !   En plus des îles principales, ne manquez pas les îles de Seymour, Norte, Fernandina Plaza Sur, Santa Fe, Espanola, Genovesa ou encore Isla Bartolome. Pour beaucoup, Isla Isabela reste la plus belle, avec ses plages de sable blanc ourlant une mer cristalline, et en arrière-plan sa forêt luxuriante aux verts chatoyants. Ses ponts de lave, Los Tuneles, forment de formidables refuges romantiques. Une balade entre oiseaux et cactus permettra – qui sait ? – de découvrir les fameux fous à pieds bleus, tandis qu’à quelques dizaines de mètres à peine trônent de majestueux lions de mer.Une flore de toute beauté   La richesse naturelle des Galapagos n’est pas nouvelle, puisque c’est l’étude de sa flore et de sa faune qui a permis à Charles Darwin de bâtir sa théorie de l’évolution, en observant ses espèces sauvages encore préservées. Des cactus surplombant les tunnels de lave aux « arbres à marguerites géants», l’archipel comprend en effet plus de 500 espèces de plantes vernaculaires, dont certaines en voie de disparition. Les guides locaux vous expliqueront comment certaines ont réussi à s’adapter, transformant soudain la théorie de l’évolution en véritable livre ouvert à images…Une faune extraordinaire   Visiter les Galápagos, c’est d’abord un incroyable sentiment : celui d’être invité dans un domaine sauvage exceptionnel, où les animaux et la nature sont ici chez eux.   Cet écosystème unique accueille ainsi 58 espèces d’oiseaux, dont la moitié a en effet disparu du reste de la planète. Observer les frégates à cou rouge, les flamants roses ou les fous à pattes bleues, sont des moments d’émotion intense, où la beauté des couleurs impose le respect.   Les Pinsons de Darwin ou les Moqueurs des Galápagos sont deux espèces qui ont permis à Charles Darwin de comprendre comment les êtres vivants s’adaptaient ainsi en permanence, pour essayer d’évoluer vers le meilleur : c’est une formidable leçon de vie, prouvant une fois encore que le plus grand laboratoire de recherche au monde reste finalement cette nature trop longtemps oubliée !   La même diversité incroyable se retrouve évidemment dans l’océan, avec tortues, étoiles de mer, raies et autres requins baleines. C’est un spectacle de toute beauté, sans cesse renouvelé !Que faire aux îles Galapagos ?   Qui dit îles, dit forcément plages. Même si cette destination de rêve n’est pas prévue pour le « farniente », il n’est pas interdit de bronzer aux Galapagos, au bord de magnifiques plages de sable fin lapées par des eaux turquoise ! Parmi les plus recommandées, celles de Puerto Ayora, de Tortuga Bay ou d’El Garrapatero, avec parfois en arrière-plan une majestueuse envolée de flamants roses.Les visites guidées aux Galapagos   L’essentiel de l’archipel des Galapagos étant un Parc National, renseignez-vous bien sur ce qui est autorisé ou pas. C’est en effet les rangers locaux et les autorités qui fixent les itinéraires, obligeant à n’emprunter que des parcours déjà établis, avec parfois un guide obligatoire. Ce n’est pas un handicap – loin s’en faut ! – car c’est un moyen d’en apprendre beaucoup sur la faune et la flore des Galapagos, tout en protégeant ces sanctuaires naturels. La visite de la Station de Recherche Charles Darwin, à Puerto Ayora, est gratuite et permet d’en savoir plus sur la conservation du patrimoine, tout en observant tortues et iguanes marins. Mais la découverte des tortues géantes passe avant tout par l’incroyable Centre de protection des tortues El Chato, dans la réserve naturelle Pozas Salinas : c’est un moment magique fait d’une grande quiétude, comme si on se calquait soudain sur le rythme de vie indolent de ces grandioses chéloniens, témoins ancestraux de notre planète.Les plus belles randonnées   Avec cette superbe nature sauvage, la randonnée est une activité obligatoire ! C’est celle qui vous offrira la communion la plus parfaite qui soit avec la flore et la faune endémique.Le sentier de randonnée vers El Mirador de las Lagrimas longe une incroyable mangrove, avant de grimper doucement vers un point de vue de toute beauté sur la baie et l’océan. Impossible de ne pas y croiser quelques iguanes ou tortues.   En période de ponte de ces dernières, la balade à la plage de Tortuga Bay est elle aussi incontournable ; difficile d’ailleurs de ne pas en être ému ! Il est évidemment primordial de respecter les consignes et de ne pas toucher les animaux.   Tandis que les amoureux de la mer choisiront le court sentier Conchas y perlas pour aller se baigner dans de très agréables belles piscines naturelles, les plus courageux choisiront les terres volcaniques de la Sierra Negra, avec son paysage semi-lunaire, où le dégradé des caldeiras s’étend du noir fumeux au jaune sable, en passant par toutes les nuances d’ocre et de rouge. Ce cratère actif de 11 km de diamètre nécessite 5 à 6 heures de randonnée aller-retour, avec guide obligatoire.Les autres activités recommandées   Si le VTT ou le kayak permettent aussi d’avoir une autre vision des îles, impossible de ne pas faire un minimum de plongée aux Galapagos. Le simple snorkeling permet en effet de découvrir un monde marin tout aussi riche que sur terre, avec un décor où l’on reste impressionné par les formes volcaniques, la force des reliefs ou la finesse des coraux.   Ces sites restent pour l’essentiel des réserves maritimes, ce qui explique leur richesse en poissons et en mammifères marins. La baignade avec des tortues vertes des Galápagos, dans un rythme indolent où l’on finit par se demander qui accompagne l’autre, promet encore un moment de grande émotion. Les tortues sont particulièrement nombreuses entre décembre et mars, la période de décembre à juin restant la période idéale pour visiter les Galápagos.   L’île de Santa-Fe propose aussi de beaux spots de plongée apnée, tandis que la balade en kayak dans les tunnels de lave de la baie d’Isabella promet un moment de rêve, à admirer à portée de main parfois pingouins, tortues de mer ou pélicans des Galapagos s’ébattre en toute liberté et en toute sécurité, sans la moindre crainte de l’homme.Vous souhaitez découvrir les Galapagos ? Envie d'un voyage sur mesure en Equateur ?   N'hésitez pas à contacter notre spécialiste Amériques du Sud : info@ameriques-aventure.com

Que voir et que faire en Alaska ?

Partez à la découverte de l'Alaska et de ses paysages à couper le souffle. Quelques suggestions de choses à ne pas rater lors de votre voyage en Alaska

Les trésors d'Amazonie

Poumon de notre planète l'Amazonie est une zone du monde riche en faune et flore. Découvrez avec Amériques Aventure la beauté et les trésors de l'Amazonie lors d'un voyage sur mesure.

City trip à New York pendant les fêtes de fin d'année

Partez pour un City Trip à New York pendant la période des fêtes de fin d'année ! Laissez-vous porter par l'énergie unique de la Big Apple pour des fêtes inoubliables ! Amériques Aventure

Le top des activités à faire aux États-Unis

Découvrez le top des activités à faire aux États-Unis, pour de ne rien rater de l'expérience américaine ! Amériques Aventure spécialiste de la destination et du voyage sur mesure.

Voyage authentique en Patagonie argentine et chilienne

La Patagonie s'étend entre le Chili et l'Argentine et abrite des paysages sauvages steppes, forêts, glaciers, lacs d'une pureté incroyable, faune sont au rendez-vous de ce voyage.
Demander un devis
Nous vous recontactons, à la vitesse de la lumière !
Newsletter Amériques Aventure
Je m’abonne à la newsletter (une par mois) et je reste informé(e) des nouveautés