Aller au menu Aller au contenu

Inspirations et articles de
Amériques Aventure

Top 10 des plus beaux lacs du Canada

La beauté de la nature canadienneRêver de vacances au Canada, c’est d’abord rêver de grands espaces, d’étendues dominées par une nature belle et puissante où dominent les forêts et les lacs.   Que ce soit de l’Ouest canadien aux confins du Québec à l’Est, le pays est en effet le premier au monde pour la superficie de ses lacs, avec un total de 563 lacs sur une superficie de 100 km². Quelques-uns sont considérés parmi les plus beaux au monde ; découvrez notre top 10 des plus beaux lacs canadiens.10 - Lac Erie   Si l’on se contente de ses berges, le lac Erie, qui sert de séparation entre le Canada et les USA n’a à priori rien d’exceptionnel en soi !   S’il mérite sa place dans le classement des plus beaux lacs canadiens, c’est par le panorama de toute beauté qu’il offre à travers le fleuve qui le relie au lac Ontario : la rivière Niagara.     Les chutes de cette rivière sont connues dans le monde entier et justifient à elles seules un voyage au Canada. Pour conjuguer balades à pied et promenades en bateau, prévoyez d’y consacrer au moins une journée ; les plus chanceux pourront même s’offrir le survol en hélicoptère, un moment magique, ou à défaut monter sur la tour d’observation, d’où le restaurant tournant offre une vue à couper le souffle ! 9 - Lac Kipawa   Situé dans le comté de Témiscamingue au Québec, ce grand lac d’eau douce de 300 km² raconte à lui seul l’histoire de la région.   Entouré d’immenses forêts d’épicéas à la couleur émeraude, qui bordent une eau souvent noire, il fut l’un des lieux où s’installèrent dès 1850 les premières compagnies forestières, comme la Baie d’Hudson.    Il s'agit d’un endroit idéal pour camper quelques jours et vivre une expérience de trappeur canadien. Impossible d’ailleurs d’y mourir de faim, car ses eaux sont connues pour regorger de poisson, que l’on peut pêcher paisiblement.     À la tombée du jour, ce lac en forme de toile d’araignée et parsemé de nombreuses baies, dégage une impression fantasmagorique de toute beauté, entre le silence de la nature et les majestueuses forets sombres.8 - L'Archipel des Mille-ïles   Situé au Nord-Est du lac Ontario, à la frontière entre les États-Unis et le Canada, le Parc National des Mille-Îles promet un moment magique à ses visiteurs.   Côté lac, il présente deux visages. D’un côté, vous pouvez pagayer sur les eaux turquoises du fleuve Saint-Laurent dans une parfaite communion avec la nature et ses majestueux rivages de granite ; de l’autre, vous pouvez faire une croisière dans l’archipel, à admirer des propriétés plus incroyables les unes que les autres, dont plusieurs dévoilent le caractère historique de cette région magnifique et huppée.   Côté terre, vous retrouverez la vraie authenticité du trappeur canadien, avec une nature sauvage et un écosystème fluvial brut, préservés par le parc national.7 - Lac Emeraude   Situé dans le Parc National de Yoho dans l’Ouest canadien, ce lac isolé est entouré par la chaîne de montagnes Président Range. Il doit son incroyable teinte verte émeraude aux carbonates de calcium libérés au fil des siècles par la montagne glaciaire, avec une lumière qui ne cesse de changer au cours de la journée.     Longer le petit sentier bordant la rive, ou s’offrir une promenade en canoé, permettent d’ailleurs de découvrir une eau pure, parfaitement transparente. Si l’on oubliait sa température, voilà qui donnerait presque envie de s’y baigner !6 - Lac Berg   Moins connu que ces prédécesseurs, ce lac n’en reste pas moins un lieu saisissant, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Il doit son incroyable couleur bleue à l’immense Glacier Berg qui le domine, et dont les pentes neigeuses d’un blanc immaculé se reflètent dans l’eau.  Le parc et le lac offrent différents chemins de randonnée, plus ou moins faciles, pour découvrir grottes, berges et cascades.     Seuls les plus sportifs et les plus aguerris pourront se lancer dans un trail mythique de 42 km aller-retour, le Berg Lake Trail, qui mène à 1 646 mètres d’altitude pour découvrir un panorama à couper le souffle. Ce parcours très physique dispose de sept campgrounds le long de la montée, afin de le réaliser en plusieurs jours.5 - Lac Wapizagonke   Situé au cœur du Québec et à l’ouest du Parc National de la Mauricie, le Lac Wapizakonge symbolise aisément toute la beauté de l’Est canadien, avec ses lacs aux eaux bleu profond, bordées de forêts de conifères à perte de vue.   Surplombé par les montagnes des Laurentides, il vous transporte sur 15 km dans une ambiance relaxante et reposante de bout du monde, qui invite à la randonnée ou à la pêche. Les couleurs de l’été indien subliment l’endroit, avec des dégradés de rouge inoubliables.     Il propose aux visiteurs un centre d'attraction naturelle, plusieurs sentiers de randonnée, différentes activités nautiques telles que le kayak ou le paddle, et des terrains de camping aménagés un peu partout.4 - Lac Peyto   Le lac Peyto fait sans conteste partie des plus beaux lacs du pays, notamment l’été quand la fonte des glaciers lui confère cette couleur bleue cristalline d’une incroyable pureté. Son accès est facile, avec un chemin d’une quinzaine de minutes pour accéder au premier point de vue.   Les plus courageux poursuivront le sentier sur la gauche, en montant ensuite sur la droite vers un deuxième promontoire avec vue panoramique sur le lac et la vallée. La montée est un peu plus raide, mais 15 minutes plus tard, le résultat vaut la peine.      Le panorama depuis le Bow Summit offre un vrai camaïeu de couleurs, entre le vert émeraude des forêts, la blancheur étincelante des sommets enneigés et le bleu turquoise de l’eau. Nul besoin d’être fatigué pour rester là plusieurs minutes à se reposer devant un tel spectacle ! 3 - Lac Louise   Le Lac Louise est un site féérique et incontournable, qui fait partie des merveilles de l’Ouest Canadien et du parc de Banff.  Vous l’avez forcément déjà vu en photo, avec son eau turquoise dominée par les montagnes enneigées du Glacier Victoria. La vue est tellement magique qu’un hôtel de luxe s’y est établi depuis 1890, repris depuis par la chaine Fairmont. Y prendre un repas ou un verre est évidemment un must, pour conjuguer luxe et nature dans un moment de bien-être reposant.   Pour autant, il faut idéalement consacrer une demi-journée (minimum) ou une journée pour profiter pleinement du Lac Louise et de ses activités.     Les moins courageux se contenteront du petit sentier de 2 km qui longe les berges, tandis que les plus sportifs grimperont sur 5,3 km le petit sentier de la Plaine des Six-Glaciers. De difficulté moyenne, ce chemin offre des vues spectaculaires qui s’ouvrent soudain sous vos yeux, et où les branches des sapins et des épicéas forment un cadre naturel entourant les reflets turquoise ou émeraude du lac en contrebas.2 - Lac Maligne   Situé dans le Parc National de Jasper, le Lac Maligne est le plus grand des Rocheuses canadiennes, et figure sans conteste parmi les plus spectaculaires.   Ses eaux turquoise offrent un dégradé de bleu et de vert, sur lesquelles vous pouvez faire une mini-croisière à l’Île de Spirit. Entouré de sapins, de pins et d’épicéas, vous profiterez alors d’une vue spectaculaire sur les montagnes, les glaciers et une eau aux couleurs magiques, dont les reflets bleu et vert ne cessent de changer au gré de la lumière.   Les abords du lac sont parfaitement équipés, et l’idéal est de terminer la journée pour prendre un verre ou un repas avec une vue féérique sur le lac.1 - Lac Moraine   Ce lac glaciaire aux reflets turquoise d’une incroyable pureté est à lui seul le symbole de tous les lacs de l’Ouest canadien, apogée souvent d’un voyage dans les rocheuses canadiennes. Il faut découvrir l’été ce lac du parc de Banff, quand la pureté du ciel offre un dégradé de bleus de toute beauté. Quand le vent ne souffle pas, l’eau devient un véritable miroir reflétant parfaitement les dix montages aux sommets enneigés, dans cette eau incroyablement bleue aux couleurs polynésiennes.   Pour le découvrir dans toute sa splendeur, il faut emprunter en arrivant le petit sentier qui monte facilement vers un promontoire, d’où la vue est féérique et incontournable. L’idéal est d’y consacrer au minimum une demi-journée, pour prendre le temps de faire du canoé ou de s’engager sur la petite randonnée de 3,2 km. Il s'agit d’une promenade facile, offrant des vues sont à couper le souffle.  

Quelle île choisir aux Îles Vierges Britanniques ?

Îles Vierges Britanniques   Visiter les Îles Vierges Britanniques (BVI ou British Virgin Islands) n’est pas forcément le premier réflexe quand on cherche une destination soleil aux Antilles, avec des plages paradisiaques et une eau chaude et cristalline. Et pourtant, les BVI constituent un endroit de rêves pour des vacances d’hiver au soleil, avec une variété de paysages encore préservés du tourisme de masse.   Pourquoi les Îles Vierges pourraient devenir votre prochain voyage exotique, et quelle île choisir selon vos goûts et vos envies ? On vous dit tout…Pourquoi partir aux Îles Vierges Britanniques ?   Situées entre la Guadeloupe et la République Dominicaine, les Îles Vierges Britanniques expriment à elles-seules tout le charme des Antilles et la beauté de la mer des Caraïbes.   Appartenant au Royaume-Uni, ces cinquante îles constituent un lieu de villégiature sûr, et proposent une offre touristique de qualité.   À moins de disposer de plusieurs mois d’itinérance, difficile d’imaginer visiter les seize îles habitées. Concentrez-vous plutôt sur quelques-unes, et prenez ainsi le temps de profiter du soleil des Antilles, de la transparence de leurs eaux chaudes, et bien sûr de la douceur de vivre caribéenne.   Les liaisons inter-îles sont faciles en bateau, soit par ferries, soit en bateau-taxi.   Les plus chanceux choisiront l’hydravion ou l’hélicoptère, pour un survol de toute beauté sur des dégradés de bleu.   Des liaisons aériennes (VI Airlink) existent aussi depuis Tortola pour l’île la plus éloignée au Nord-Est, Anageda. Mais le must reste sûrement la croisière d’îles en îles, en voilier ou en catamaran de tourisme.     Sur place, il est possible de louer une voiture ou d’utiliser les transports locaux, seule l’île de Tortola offrant un service de taxi qualitatif.Tortola, la porte d'entrée du paradis   Sans être inoubliable, Tortola et sa capitale Road Town constituent une étape incontournable et pour cause : elles s’imposent comme point d’entrée obligatoire pour les BVI. L’aéroport international est situé sur l’île de Beef Island, attenante, le plus simple étant généralement un vol depuis la France via Saint-Martin.   Avec ses maisonnettes en bois très colorées dominées par une végétation tropicale luxuriante, cette partie de Tortola ne manque pas de charme et invite indéniablement à la promenade. Ne manquez pas le Jardin Botanique et la maison du gouverneur.   Le delphinarium, renommé car on peut y nager avec les dauphins, est actuellement en cours de rénovation pour offrir plus de liberté aux animaux.   Les amoureux de la nature auront de quoi s’offrir de belles randonnées, comme celle du Mont Sage à 1750 m, permettant en 1h30 de découvrir une magnifique vue sur la canopée de la forêt équatoriale et la côte des Îles Vierges.   Côté plages, vous n’aurez que l’embarras du choix : pour une détente au pied des cocotiers, choisissez plutôt les plages du Nord, tranquilles et reposantes, autour de Cane Garden Bay. Si vous préférez une ambiance très authentique avec les bateaux de pêcheurs et les pélicans qui les guettent, Carrot Bay vous apportera une belle image de la vie locale. Les plus sportifs souhaitant pratiquer le surf craqueront pour les plages d’Apple Bay ou de Joshia’s Bay.   Mais pour une journée inoubliable, n’hésitez pas à louer un 4x4 pour rejoindre Jungle Beach (Smuggler’s Cove), une plage de toute beauté ou vous embrassez en un regard la verdure de la jungle, le blanc lumineux du sable, le camaïeu de bleu de la mer des Caraïbes, avec en arrière-plan l’île paradisiaque de Jost Van Dyke.Virgin Gorda, l'île mythique avec The Baths   Située à 30 minutes de ferry à peine de Tortola, Virgin Gorda est un must des Îles Vierges Britanniques. En explorant le Parc national The Baths à la pointe sud-ouest, comment ne pas penser immédiatement aux paysages féériques des Seychelles.   D’immenses roches de granit volcanique, arrondies par l’érosion, forment sur cette plage de sable blanc un labyrinthe majestueux propice à la balade.   C’est un endroit touristique évidemment, tant le site est renommé, mais il est toujours possible de s’isoler, pour profiter d’une piscine naturelle à la couleur émeraude, d’un puits de lumière qui découvre un ciel bleu puissant tout en protégeant du soleil, ou encore d’une petite crique s’ouvrant sur une mer turquoise, au ressac doux et berçant.   Au fil de la journée, la couleur des roches ne cesse de changer, avec des reflets plus ou moins chauds rendant le moment magique. Un petit sentier mène à une jolie plage de sable fin, Devil’s Bay, où il fait bon se baigner sous la protection des rochers. Le petit restaurant à proximité offre une pause agréable, avec très jolie vue panoramique sur The Baths, la carte postale mythique des Îles Vierges Britanniques.     Si vous avez encore un peu d’énergie, ne manquez pas la plus belle plage de l’île, Savannah Bay, connue notamment pour ses sites de plongée et ses jardins de corail.Jost Van Dyke, l'ambiance carabéenne en mode Maldives     En longeant les côtes de l’île de Jost Van Dyke, avec ses eaux turquoise, ses plages immaculées de White Bay ou Sandy Bay et ses cocotiers, difficile de ne pas se croire durant quelques instants aux Maldives ! Il suffit pourtant de débarquer sur l’île pour constater que vous êtes bien aux Antilles, dans une ambiance où se mêlent avec harmonie les plaisirs de la plage et de la fête.   Car Jost Van Dicke ne se contente pas de proposer quelques-unes des plus belles plages des BVI, des vrais décors de cartes postales garantissant un maximum de like sur Instagram ou Facebook !   C’est aussi une île connue pour ses bars de plage, parmi les plus réputés des Caraïbes, où l’on savoure les produits de la mer, accompagnés d’un délicieux cocktail au rhum, sur fond de musique caribéenne endiablée.   Certains ont une renommée internationale dépassant sans mal les BVI, comme le Soggy Dollar Bar, l’Ivan’s Stress Free Bar ou encore le Foxy’s.   C’est pourquoi il n’est pas rare de voir mouiller à proximité quelques yachts faisant escale pour profiter le temps d’une soirée de ces endroits mythiques.   Il est possible de loger sur cette petite île de 4 km², mais la réservation est obligatoire et les tarifs à la hauteur de l’endroit.Norman Island et l'archipel Little Sisters, le mode Robinson Crusoé   On pourrait presque dire que Norman Island est à l’opposé de Jost Van Dicke, tant elle dégage un parfum encore sauvage. Jamais les Îes Vierges Britanniques n’ont aussi bien porté leur nom ! On ne sera pas étonné d’apprendre que ses criques et ses grottes ont longtemps abrité des bateaux de pirates, et qu’elle a servi de modèle à Stevenson pour écrire son célèbre roman « L’île au trésor ».   L’île regorge de baies aux plages de sable blanc, se prolongeant immédiatement par des collines verdoyantes à la végétation tropicale.     C’est un endroit idéal pour le snorkeling et les promenades en bateau, où vous serez peu importunés, en dehors parfois de majestueuses tortues marines qui décident de vous accompagner durant quelques minutes. Le barbecue sur la plage et sous la voûte céleste reste un moment magique !Anegada, le bout du monde   Seuls les plus curieux, ou les chanceux disposant de plus du temps, s’aventureront vers ce petit atoll, habité par 200 âmes à peine et dont l’altitude culmine à… 8 mètres !     Eloigné au nord-est de l’archipel, il vous fera oublier l’ambiance caribéenne pour vous offrir un arrière-goût de Polynésie. Eaux turquoise, récifs coralliens, pêcheurs de coquillages et plages de sable fin invitent au rêve et à la détente.     Les lagunes saumâtres qui bordent l’ouest de l’île accueillent palétuviers et flamants roses, qui se détachent sur un dégradé de bleu de toute beauté.     Il s’agit d’un endroit incontournable pour les amoureux de snorkeling la journée, et les amoureux de homard le soir – la spécialité de l’île –, qu’on déguste les pieds dans un sable doux comme la farine… ou doux comme les journées qui s’écoulent dans ce véritable coin paradisiaque des Îles Vierges Britanniques !Découvrez les Îles Vierges Britanniques avec Amériques Aventure

Voyage en train d'exception

Des trains pas comme les autres :     Focus sur le Rocky Mountaineer, l'Andean Explorer et le Train des Nuages.     Nul besoin d’avoir lu les aventures de Buffalo Bill pour savoir combien le chemin de fer est intimement lié à la conquête des grands espaces américains. C’est pourquoi des vacances en train en Amérique prennent plus qu’ailleurs une portée symbolique. Loin des voyages des premiers aventuriers, c’est un moyen unique de traverser des contrées sauvages uniques, et de visiter quelques-uns des plus beaux sites. Petit focus sur trois trains de légende pour des vacances insolites et inoubliables : le Rocky Mountaineer pour l’ouest du Canada, l’Andean Explorer pour le Pérou, et le Train des Nuages pour s’imprégner du nord de l’Argentine.Le Rocky Mountaineer, un circuit scénique dans l’Ouest Canadien   Le Rocky Mountaineer opère durant la saison touristique, d’avril à octobre. Il permet de traverser quelques-uns des plus beaux paysages des Rocheuses canadiennes, en s’immisçant au cœur des forêts de la Colombie Britannique, au pied des glaciers dominant des lacs turquoise de toute beauté.Que voir de l’Ouest Canadien avec le Rocky Mountaineer ?   Dans le prolongement de la grande époque du chemin de fer Canadien Pacifique, ce train scénique vous permet de longer des montagnes spectaculaires aux sommets enneigés, et de majestueux canyons sinueux au parfum d‘aventure.  Comment ne pas être impressionné par les 3450 m d’altitude du Mont Robson, qui domine glaciers et forêts de conifères d’un vert profond ? Dans ces paysages parfois rugueux faits de puissants cours d’eau et d’arbres, il n’est pas rare de croiser condors ou caribous, grizzlis et autres animaux sauvages. Le train s’arrête régulièrement pour des arrêts photos, le temps d’admirer toute la beauté d’un glacier ou d’une immense chute d’eau, avant de s’engouffrer dans de longs tunnels en spirale, toujours impressionnants. Autour de Quesnel, quelques ranchs rappellent que le Canada aussi a connu sa ruée vers l’or.Quelles visites avec le Rocky Mountaineer ?   Ce train panoramique permet de rejoindre Vancouver à Banff, en passant par Jasper, 3 étapes incontournables d’un circuit dans l’Ouest canadien.   ·      Banff est sans conteste le plus beau parc naturel des Rocheuses, avec ses lacs glaciaires aux couleurs de lagon polynésien, dont le somptueux Lake Louise, l’émouvant Lac Peyto ou le féérique Lac Moraine.   ·      Jasper et ses environs sont connus pour leur impressionnante Promenade des Glaciers, et pour l’incroyable Lac Maligne, d’où l’on peut rejoindre la petite île de Spirit afin d’admirer un panorama sauvage de toute beauté.   ·      Quant à Vancouver, sa baie est régulièrement classée parmi les plus belles du monde, dans un environnement naturel de toute beauté où se détachent au loin les cimes des Rocheuses canadiennes. C’est une ville où il fait bon se promener au bord de l’eau, dans une atmosphère sûre et relaxante.    Quel niveau de confort offre le Rocky Mountaineer ?   Ce train scénique au départ de Vancouver a été conçu pour offrir une vision panoramique exceptionnelle, donnant l’impression de communier avec une nature sauvage, difficilement accessible par d’autres moyens.   Il propose deux niveaux de confort : - Les cabines Silver Leaf offrent sur un seul niveau de larges baies offrant une vision à 167°. - Les cabines Gold Leaf, sur deux niveaux, offrent un verre bombé et un toit vitré (voiture panoramique) pour profiter d’une vue complète et purement incroyable.   Ces deux voitures offrent collations et boissons gratuites, avec de délicieux repas le midi et le soir. Ceux de la Gold Leaf sont élaborés par des chefs étoilés. Le Rocky Mountaineer n’offre en revanche pas de couchette : il circule de jour et s’arrête le soir, pour conduire gratuitement ses voyageurs dans les hôtels des villes étapes, garantissant une nuit confortable et sans bruit. À noter qu’il n’est pas possible de monter dans ce train en dehors de son départ initial, sans réservation.Parcourir un petit bout de la Cordillère des Andes en train avec l’Andean Explorer   C’est au départ de Cuzco, probablement l’une des plus belles villes du Pérou, que l’Andean Explorer vous promet un voyage de rêve pour rejoindre un site exceptionnel : le Lac Titicaca.    Quelles visites avec l’Andean Explorer ?   Ce train scénique de la Cordillère des Andes permet de visiter de manière unique et luxueuse les incontournables du Pérou et de la Vallée Sacrée. Cuzco, ancienne capitale Inca, dévoilera à vos regards ébahis ses trésors d’architecture, à la découverte d’une civilisation extraordinaire. Le site archéologique de Raqchi vous ouvrira quant à lui les portes du Chemin de l’Inca, un trajet sacré qui rejoint bien plus loin le majestueux Machu Picchu (non visitable depuis l’Andean Explorer). Le lendemain, c’est le lac Tititicaca qui vous transportera dans un autre monde, à quelque 3800 m d’altitude, pour découvrir les îles Uros et leurs roseaux tissés, ou la jolie île de Taquile, à la végétation quasi-méditerranéenne. Le voyage se poursuivra par la découverte de Saracocha et des grottes Sumbay, avant de finir dans la divine cité d’Arequipa, dont le centre colonial, classé à l’UNESCO, est l’un des plus beaux du Pérou.  Quel niveau de confort offre l’Andean Explorer ?   Ce train-couchettes de luxe n’a rien à envier à de grands hôtels, tant ses cabines ont été décorées avec goût ! Associant les standards de confort internationaux à l’artisanat local, elles offrent un doux dégradé de beige et de gris, rehaussé de tissus aux motifs incas colorés. Il existe trois types de cabine – individuelle, double lit ou suite –, chacune avec une salle de bains complète parfaitement équipée. Le train s’arrête le soir, pour profiter du silence de la nuit de la Cordillère et passer une nuit douce et inoubliable. L’Andean Explorer offre en plus deux wagons-restaurants, et une voiture SPA Picaflor, pour allier plaisir et détente. Le wagon panoramique, avec terrasse extérieure, permet enfin d’apprécier la beauté des paysages et de respirer l’air pur des hauts plateaux andins.  Le train des records dans le Nord Argentin : le Train des Nuages   Le Train des Nuages fonctionne uniquement d'avril à novembre et a pour particularité d’être parmi les plus hauts trains du monde, circulant à plus de 4000 m d’altitude ! Une expérience unique pour côtoyer le firmament sous le regard majestueux de la Cordillère et des condors…  Que voir de la région de Salta avec le Train des Nuages ?   Le Train des Nuages a vu sa construction débuter en 1921, mais il aura fallu attendre quatre ans pour ouvrir le tout premier tronçon. À l’origine, il reliait en 214 km Salta au Viaduc de Polvorilla, à 4220 m d’altitude, le tout à une vitesse de 35 km/h permettant d’admirer en toute quiétude les exceptionnels contreforts montagneux. Vous atteindrez ainsi le col de Paso Socomba, à la frontière entre l’Argentine et le Chili. En dehors des paysages sauvages qui se dévoilent sous les yeux, c’est une ascension assez incroyable tant cet itinéraire ferroviaire est unique au monde ! Le Train des Nuages doit en effet effectuer différentes manœuvres en ziz-zag tant les pentes sont parfois rudes, sans possibilité de faire de vrais virages, expliquant le choix de voies parallèles à la montagne. Au long des 29 ponts, des 21 tunnels et des 13 viaducs, vous ne pourrez être qu’admiratif de la force humaine qu’il a fallu pour réaliser un tel ouvrage, au bout du monde et dans des conditions difficiles. Point d’orgue du parcours, admirez la manœuvre finale permettant de repartir vers Salta. Le plus souvent désormais, la partie Salta / San Antonio de Los Cobres est faite en bus, pour ne pas passer près de 16 heures dans le train, avec un départ à 7h et un retour vers minuit ! C’est plus reposant tout en préservant la découverte des paysages magnifiques de la Vallée de Lerma, de la Quebrada del Toro et de la Puna.  Quelles visites avec le Train des Nuages ?   Au départ ou à l’arrivée de San Antonio de Los Cobres, prenez le temps de vous promener dans ce petit village, le plus haut d’Argentine à 3760 m. On y fleure la vie andine, avec ses étals colorés et son artisanat régional.   Au terminus du Viaduc de la Polvorilla, les passagers sont invités à descendre le temps de la manœuvre, permettant d’admirer l’incroyable viaduc incurvé de 224 m, qui domine la vallée à 70 m de haut ! Couvrez-vous bien, car malgré le ciel d’un bleu souvent lumineux, il peut faire froid…  Quel niveau de confort offre le Train des Nuages (Tren as las Nubes) ?   Ce train touristique fait l’aller-retour dans la journée au départ et à l’arrivée de Salta. Il ne dispose donc pas de couchettes, mais offre les services d’un guide et un restaurant pour le déjeuner. L’aller termine à très haute altitude (4200 m) avant de faire demi-tour, d’où la présence d’une infirmerie si vous souffrez du mal des montagnes. Son équipement comprend une bouteille d’oxygène pour vous sentir mieux si besoin.Bref, vous l'aurez compris, un voyage dans l'un de ces trains d'exception est un voyage à lui tout seul. Une expérience unique et inoubliable où le trajet en lui-même compte tout autant que la destination. Alors, prêt à embarquer pour l'un des plus beaux voyages de votre vie à bord de l’un de ces trains de luxe ? Plus d'infos : info@ameriques-aventure.com

Plutôt Maya, Aztèque ou Inca ? Voyage au cœur des civilisations précolombiennes !

Il était une fois, l'histoire de civilisations       Au-delà des paysages incroyables, visiter l’Amérique du Sud ou l’Amérique Centrale, c’est aussi tutoyer les ruines de trois grandes civilisations précolombiennes, offrant à ces territoires une dimension culturelle inégalée. Si chaque pays allie culture et nature, avec des sites à couper le souffle pour beaucoup classés au patrimoine mondial de l’UNESCO, chacun conserve pour autant son identité. Maya, Aztèque, Inca ; ces trois cultures ont forgé l’Amérique précolombienne, laissant derrières elles des monuments majestueux. Voyage au cœur des civilisations précolombiennes…Explorer les incroyables cités Mayas, du Mexique au Guatemala.    La différence la plus visible entre les Mayas, les Incas et les Aztèques, réside dans leur répartition géographique. Pour s’établir, la civilisation Maya a privilégié la forêt tropicale, que ce soit au Mexique (région du Chiapas ou Péninsule du Yucatan), au Guatemala et au Belize. Comment s'est développée la civilisation Maya ?   Dans les forêts tropicales, les Mayas ont construit de nombreuses citées perdues, dont il ne subsiste aujourd’hui que des ruines majestueuses faites de temples pyramidaux et de palais. Enfouies dans la jungle, celles-ci ont parfois été noyées dans une végétation luxuriante, amenant à des découvertes encore récentes, comme en 2018 avec la cité d’El Peten, au nord du Guatemala, à la frontière du Mexique et de Belize.   La civilisation Maya est la plus ancienne des trois civilisations, avec une apogée entre 250 et 900 après J.-C. Avec sa vision cyclique du temps et ses notions en astronomie, en architecture et en agriculture, elle jouissait déjà de connaissances majeures.      Les temples de forme pyramidale servaient de sépultures aux rois, à qui l’on conférait un caractère divin, pour leur permettre de perpétuer leur culte. C’est ce qui explique leurs dimensions parfois démesurées, comme à Tikal, l’une des villes les plus importantes à l’époque.Découvrir la civilisation Maya à travers ses plus beaux monuments.   Découvrir le Mexique Maya.    Au Mexique, le merveilleux site de Palenque au cœur de la forêt du Chiapas, offre un moment de grâce avec ses formes légères blotties dans une nature luxuriante.     Superbement rénové et couvert de sculptures mythologiques, il permet de comprendre pourquoi Palenque et tout le bassin de l’Usumacinta ont connu leur apogée entre le VIe et le VIIIe siècle. Plus de 1400 édifices ont été découverts autour de la pyramide de Palenque, dont la majorité n’a pas encore été explorée.     Lorsque le temple et la forêt environnante se couvrent d’une brume humide, le visiteur se trouve véritablement plongé dans l’univers fantasmagorique des croyances mayas.       Au cœur du Yucatan, les sites d’Uxmal, de Tulum, ou de Chichen Itza – l’une des sept merveilles du monde selon les Mexicains –, sont aussi incontournables. Moins connus, les ruines mayas d’Ek Balam (le jaguar noir), de Coba, ou de Calakmul, font de la région du Yucatan une destination idéale non seulement pour ses plages de rêves, mais aussi pour son patrimoine culturel exceptionnel. Découvrir le Bélize Maya.     Si vous voyagez au Belize, ne manquez pas les ruines de Lamanai, cachées dans la forêt tropicale ; le site de Cahal Pech, avec ses monuments de 25 m de hauteur ; ni encore l’ancienne cité maya de Xunantunich, que l’on rejoint en traversant la rivière Mopan avec un antique ferry à manivelle du 19e siècle ! Le plus haut temple, El Castillo, dévoile un panorama de toute beauté sur la canopée de Cayo District, avec au loin le Guatemala.    Découvrir le Guatemala Maya.   Sans conteste, le Guatemala constitue l’apogée d’un séjour à la découverte des splendeurs de la civilisation maya.   Si le premier contact dans la superbe ville de Chichicastenango permet de voir, dans le Cimetière Maya, comment rites païens préhispaniques et rites catholiques ont pu cohabiter, le vrai choc émotionnel reste l’exceptionnel site de Tikal, au cœur du Peten, qui justifie à lui seul un voyage au Guatemala.   C’est un paysage grandiose, d’où surgit soudain une immense pyramide de 70 m de haut, alliance de la puissance d’une nature omniprésente, et de la force humaine, pour ce qui constitue l’un des patrimoines exceptionnels de l’humanité, évidemment classé à l'UNESCO.      Les voyageurs passionnés pourront aussi prendre une petite journée pour découvrir le site archéologique maya de Yaxha, intéressant historiquement, mais moins spectaculaire.À la découverte des cités Aztèques du Mexique.     C’est plus tard, au XIIIe siècle, que les Aztèques se sont regroupés autour du bassin de l’actuelle Mexico, pour fonder la capitale de leur Empire : Tenochtitlan.   Comment s’est développée la civilisation Aztèque ?   Peuple nomade venu du nord de Mexico, les Aztèques ont mis plus de temps que les Mayas pour s’établir. L’une des spécificités de leur sédentarisation reste la création des "chinampas", probablement les toutes premières parcelles d’agriculture hors-sol.   Écoutant les indications de leur Dieu protecteur, Huitzilopochtli, qui les aurait guidés à l’endroit où un aigle se percherait sur un cactus, les Aztèques n’ont ainsi pas hésité à s’installer sir une zone a priori hostile : une vallée en altitude entourée de volcans, sorte d’îlot rocheux au cœur de marécages.    De tout temps les Aztèques ont accordé une grande importance aux signes des divinités et au Dieu Soleil, n’hésitant pas à pratiquer des sacrifices humains, et expliquant l’image de fascination et de crainte que l’on éprouve encore à leur égard.      La civilisation s’est totalement éteinte au XVIe siècle, suite à une épidémie qui fit alors 16 millions de morts.Découvrir les grands sites Aztèques du Mexique.   Le Mexique est une destination emblématique pour découvrir les restes de la civilisation aztèque, notamment dans la région de Mexico.   Dans le cœur historique de la ville de Mexico, le Templo Mayor, dédié à Huitzilopochtli et Tlaloc, dieux respectifs de la guerre et de l’agriculture, rappellent l’importance des divinités dans la culture aztèque. Attenant à la magnifique Catedral Metropolitana de la Asuncion de Maria, il rappelle aussi comment une symbiose plus ou moins harmonieuse s’est réalisée ensuite entre le christianisme et les rites païens aztèques.   Moins connus, mais tout aussi intéressants pour les spécialistes, les sites de Tenayuca, de Cholula et d’El Tepozteco, eux-aussi autour de Mexico, méritent également la visite.    Mais l’endroit le plus majestueux reste sans nul doute le site précolombien de Teotihuacan, qui signifie  « le lieu où les dieux sont créés ». Cette cité, à la fois secrète et mystérieuse, date du IIe siècle et a été ensuite enrichie de constructions aux lignes fines et harmonieuses. Leurs ruines magnifiquement restaurées permettent aujourd’hui encore d’apprécier leur ancienne beauté.      La Pyramide du Soleil, avec ses 248 marches et ses 67 mètres, le Palais des jaguars  ou le Temple des Escargots à plumes sont autant de lieux où l’on se recueille avec émotion, en essayant d’imaginer la puissance de cette civilisation.La vallée sacrée des Incas, à la découverte du pays Quechua.   La civilisation Inca enfin, s’est quant à elle développée entre les XIIe et XVe siècles, dans l’environnement féérique de la Cordillère des Andes, autour de sa capitale impériale, Cuzco.   Comment s’est développée la civilisation Inca ?   À son apogée, l’Empire Inca s’étendait sur 4 000 kilomètres, allant de l’Equateur à l’actuel Chili, sur 950 000 km² au cœur des Andes. Il est né au XIIIe siècle et a disparu au XVIe siècle, suite à la colonisation des conquistadors espagnols.   Si l’on associe souvent les indiens Quechuas aux Incas, il faut en réalité savoir que l’empire a dû intégrer des populations très disparates, mettant en place un pouvoir politique puissant et centralisé, dont le cœur était la capitale impériale Cuzco.     Une telle puissance avait de quoi inquiéter les conquistadors, à la recherche de l’or Inca, symbole de la force et la richesse de cette civilisation vénérant le dieu soleil Inti. L’une de leur priorité fut donc de faire chuter l’empire, une mission rendue effective avec la prise de Cuzco en 1533 et l’entrée en ville du conquistador Francisco Pizarro, nouveau maître des lieux. Découvrir les grands sites incas en Amérique du Sud.   La puissance politique et économique de la civilisation du Soleil est telle que l’on retrouve encore aujourd’hui des vestiges Incas dans de nombreux pays d’Amérique du Sud, comme l’Equateur (Ingarapica), l’Argentine (Quilmes) ou la Bolivie (autour du Lac Titicaca). Mais c’est sans conteste le Pérou qui conserve les plus belles traces de cette civilisation.   Au Pérou, la Vallée Sacrée des Incas permet d’accéder à des sites exceptionnels tels que Pisac, Huchuy, Yucay, Chichubamba, Ollantaytambo, pour découvrir les rites et coutumes de cette culture fascinante     Mais le point d’orgue restera sans nul doute la cité impériale de Cuzco et la fabuleuse citadelle du Machu Picchu, construite vers 1450 par l’empereur Pachacutec. Difficile de ne pas être ému par la force qui se dégage de ces pierres, dans l’atmosphère envoutante de la Cordillère des Andes, où volent quelques condors qui veillent sur la toute-puissance de ces civilisations précolombiennes, finalement pas totalement disparues tant elles nous émerveillent aujourd’hui encore.

Quelle île choisir pour un séjour balnéaire dans les Caraïbes ?

Ce rêve bleu...     Si nous devions évoquer quelques généralités sur les Caraïbes, nous parlerions des plages de sable blanc, d’une mer chaude aux reflets d’argent, de vacances exotiques, d’habitants accueillants ayant un sens incontestable de l’hospitalité et de la fête, d’une destination de rêve… Difficile pourtant d’aller plus loin sans trahir chacun de ces pays du soleil, tant chaque île a son identité, sa culture, ses spécificités. Voilà donc qui pose un vrai questionnement pour le choix de vos vacances caribéennes : quelle île choisir ? Voici quelques critères pour sélectionner votre prochaine destination dans la catégorie « séjour de rêve » !Partir aux Caraïbes ... tout en passant des vacances en France !    La récente crise sanitaire a montré combien les législations pouvaient varier d’un pays à l’autre, parfois brutalement. Rester en France avec une touche d’exotisme est heureusement possible, grâce à la beauté des Antilles Françaises.    La Martinique, entre plongée et paysages sublimes.   Que ce soit côté Caraïbes avec ses fonds blancs de toute beauté, ou côté terre avec sa Montagne pelée, la Martinique est idéale pour faire le plein de nature et de soleil. Car en dehors de ses plages superbes et de ses eaux turquoise, l’Île aux Fleurs nous plonge dans toute la douceur de l’indolence créole, entre mer et montagne, pour un séjour sportif ou au contraire 100 % farniente.     Quoi de plus reposant le soir que de savourer un ti-punch parfumé par les fruits locaux, en regardant le soleil se coucher sur le Rocher du Diamant ?  La Guadeloupe pour allier randonnée et farniente !      Pour ceux qui souhaitent une destination polyvalente, la Guadeloupe et sa forme de papillon offre deux visages.    Côté Basse-Terre, au pied de la Soufrière, c’est une nature encore sauvage qui s’offre à vous, comme en témoignent la Route de la Traversée, longeant la délicieuse petite Cascade aux écrevisses, ou les spectaculaires Chutes du Carbet. Les randonnées y sont douces, vous y trouverez fraîcheur et verdure luxuriante.   Côté Grande-Terre, l’offre balnéaire est complète, tant dans les activités nautiques que dans l’hébergement. C’est l’occasion, entre deux bains dans une eau à 27°C, de découvrir toutes les saveurs exotiques de la cuisine antillaise.    St Barth, le luxe à taille humaine   Malgré sa taille plus petite et ses maisons de luxe souvent cachées dans la verdure, ce refuge de la jet-set garde encore tout son attrait et sa beauté.   Outre ses plages de rêve et ses eaux cristallines, Saint Barth a su garder une authenticité réelle et une chaleur propres aux Antilles.     Le luxe feutré côtoie ici la simplicité, dans une ambiance de décontraction et de repos. Atterrir en petit avion sur sa petite piste au bord de l’eau reste un moment magique !Saint-Martin (Sint Maarten)   Saint-Martin a la particularité de concilier à elle seule trois cultures : caribéenne, française et hollandaise. Une petite partie de l’île est en effet néerlandaise, ce qui ne pose aucun souci pour y accéder puisque vous restez dans l’espace Schengen.     Selon vos attentes, optez pour le côté français, un peu plus authentique, ou pour le côté hollandais, plus festif, où casinos et bars accueillent les touristes bras ouverts !Les îles des Caraïbes, alliance de la nature et de la culture   Si la Mer des Caraïbes fait rêver par ses camaïeux de bleus et ses plages de sable fin, propices au repos et au farniente, certains vacanciers ne sont toutefois pas disposés à passer une semaine les doigts de pieds en éventail ! Le goût de la découverte et l’envie de s’imprégner de nouvelles cultures permettront aux plus curieux de passer des vacances à la fois originales et pleines de surprises. Cuba, un monde disparu   Merveilleuse s’il en est, Cuba fait encore partie des exceptions dans les Caraïbes, en étant encore partiellement en dehors du temps. Si l’offre balnéaire s’est considérablement développée, ses centres historiques demeurent quant à eux préservés. De La Havane à Santiago, comment ne pas tomber en admiration devant ces façades colorées, entre volutes de cigares, airs de salsa envoutante et autres vieilles voitures américaines dont les voyageurs raffolent ?    Pour explorer l’essentiel des beautés cubaines et apprécier la gentillesse de ses habitants, prévoyez au moins une à deux semaines.Jamaïque, sur un air de reggae   La Jamaïque est une destination trop souvent oubliée, qui a bien plus à offrir que ses parfums de reggae ou son Musée Bob Marley. Plages paradisiaques autour de Negril, ou beauté luxuriante des Blues Moutains parsemées de cascades, ne doivent pas faire oublier la richesse culturelle de l’île, avec ses communautés rastafari ou taïnos.     C’est aussi un moyen d’explorer un autre visage des Caraïbes, authentique, où danses et musique sont omniprésentes.République Dominicaine, la première ville des Amériques.   Si la République Dominicaine est célèbre pour ses plages de rêve et pour ses baleines à bosse, sa capitale Santo Domingo, connue pour être la ville la plus ancienne du continent, de doit pas être épargnée.   Classée au patrimoine de l’UNESCO, son cœur historique permet de découvrir son histoire ancienne et coloniale, avec des monuments pour beaucoup superbement rénovés. Ses rues pavées et ses façades blanches, aux balcons en fer forgé, conservent un charme indéniable.     En février, le carnaval constitue le point d’orgue culturel, montrant combien merengue et bachata sont plus qu’une culture : un véritable mode de vie, cher au cœur des Dominicains.Curaçao, une touche d'histoire et de modernité    Territoire hollandais comme une partie de Saint Martin, l’île de Curaçao mérite un séjour à elle seule entre plages de sable doux et marais peuplés de flamants roses.   Avec ses façades jaunes, rouges ou bleus qui se détachent sur un ciel lumineux, le port de Willemstad dégage un charme évident. N’hésitez pas à faire un tour en bateau afin d’apprécier sa façade maritime, véritable peinture expressionniste.    Beaucoup des bâtiments sont des maisons historiques dont certaines sont devenues des hôtels de charme. Mais le bâtiment le plus ancien reste le Fort Amsterdam, face au port, dans le quartier de Punda.   Cette partie incontournable de Curaçao délivre une ambiance 100 % hollandaise, en combinant dans une symbiose audacieuse l’histoire ancienne, et les activités festives ou commerciales modernes, allant des galeries marchandes détaxées au casino.     Dans l’ensemble, Curaçao propose une offre d’hébergement premium, avec plusieurs hôtels haut-de gamme sur des plages de rêve.Jouer au pirate des Caraïbes, l'aventurier voguant d'île en île...   Comme tout archipel, les Caraïbes ne se dévoilent jamais mieux au voyageur curieux, qu’en les explorant d’île en île.   S’il est possible de faire des croisières, en voilier par exemple, entre différents pays comme Sainte-Lucie, Grenade, ou La Barbade, vous pourrez aussi choisir un seul État de la Mer des Caraïbes et y visiter alors plusieurs îles.     Les liaisons inter-îles sont en principe faciles, soit par bateaux ou ferries, soit par avion. Un seul voyage permet ainsi de découvrir des paysages et des atmosphères différentes, pour s’imprégner au mieux des multiples nuances de parfums caribéens.Les îles Vierges Britanniques   Autant les Îles Vierges Américaines ont parfois un aspect très artificiel, autant les BVI conservent encore un vrai parfum d’authenticité ! Virgin Gorda, avec The Baths qui rappellent tant les Seychelles, est un incontournable, tandis que Jost Van Dicke évoquera plutôt les Maldives, et Anegeda la Polynésie.     Les Îles Vierges Britanniques forment une destination originale, sans tourisme de masse, où il fait bon se délasser entre lagons turquoise riches en récifs coralliens et forêts luxuriantes.Les Bahamas, le paradis de la nature et des plongeurs   Difficile de ne pas succomber aux beautés naturelles des Bahamas ! De New Providence à Grand Bahama, de Paradise Island aux Family Islands, chaque île jouit de sa propre identité.   Pour tomber en admiration devant un paysage de carte postale avec ses fonds blancs lapés par une mer argentée et turquoise, ne manquez l’archipel des Exumas sous aucun prétexte : même les cochons sauvages viennent s’y baigner !   Pour vivre une expérience unique au monde, en nageant en pleine mer avec des dauphins sauvages, Andros ou Bimini sont des destinations idéales ; pour rencontrer les requins, Nassau reste un must !   Pour se prélasser sur des plages paradisiaques de sable rose, Harbour Island et ses petites maisons colorées offrent un souvenir impérissable.   Bien loin de l’image bling-bling qu’on en a parfois, entre casinos climatisés et propriétés luxueuses, les Bahamas sont véritablement une destination nature, exceptionnelle pour des vacances romantiques ou sportives.      Pour être certain de choisir l’île qui comblera vos désirs, n’hésitez pas à faire appel à un spécialiste des Bahamas !Saint-Vincent-et-les-Grenadines   Si Saint-Vincent reste l’île principale de cet archipel magique, où il fait bon séjourner, les Grenadines s’explorent principalement en voilier ou en catamaran d’excursion. De Bequia à Moustique, des Tobago Keys à Union, c’est une succession d’endroits féériques, aux eaux transparentes, jouant les dégradés de bleu turquoise et d’émeraude et laissant le vacancier sans voix.      Paradis du snorkeling, les petites plages de sable fin, éloignées des grands flux touristiques des caraïbes, invitent au repos et au plaisir, pour des vacances idylliques qui marquent une vie.

Quel Road Trip choisir aux États-Unis ?

Terre de liberté et de grands espaces, les États-Unis font partie de ces pays qui se visitent en avalant les kilomètres, pour découvrir des paysages mythiques et non moins fascinants. De Jack Kerouac à Bagdad Café, de John Steinbeck à Easy Rider, ces grandes échappées routières font partie de l’imaginaire et de la culture nord-américaine, où les pick-up rehaussés, les motos chromées, les longs semi-remorques et les vans restent des objets cultes. Visiter les États-Unis en road-trip reste donc une expérience des plus complètes pour s’imprégner encore mieux de l’histoire du pays, toutes les régions ou presque proposant leurs routes de légende.Route 66, la "Mother Road" des USA     À tout seigneur tout honneur, difficile de ne pas commencer par la mère de toutes les routes, pour reprendre l’expression de Steinbeck : la célèbre route 66. Cet itinéraire mythique et longiligne déverse ses 3940 km d’asphalte d’est en ouest, des gratte-ciels de Chicago aux plages de rêve de Santa-Monica... Que voir en choisissant un road-trip sur la route 66 aux USA ?   Même si elle n’a plus d’existence légale, la légendaire route 66 résume à elle seule toute l’histoire des États-Unis : des ex-stars de la Country dans le Missouri aux descendants des cowboys en Oklahoma, des fermiers de l’Illinois aux chercheurs de terre promise en Californie, elle promet des rencontres inoubliables et des paysages à couper le souffle. Villes immenses, rivières paisibles, réserves protégées, déserts rugueux rougeoyants et autres vieux motels s’enchaînent dans une incroyable impression de liberté et de dépaysement, à la découverte de panoramas nouveaux, nous paraissant pourtant si familiers.   S’il existe bien quelques incontournables – la fascinante Chicago, le Painted Desert en Arizona avec sa forêt pétrifiée et ses couleurs envoûtantes, la ville fantôme de Calico en Californie et son atmosphère nostalgique, le Bagdad Café à New Berry Springs à l’ambiance simplement unique, ou encore la vivifiante côte californienne – les points d’intérêt ne manqueront pas le long de ce road-trip.   De nombreuses œuvres d’art honorent désormais la route 66, la plus connue et la plus symbolique étant sans conteste Cadillac Ranch au Texas, succession de dix Cadillac plantées à la verticale dans le sol, comme les arbres mécaniques d’une société où la voiture reste un objet culte.Comment faire un road-trip sur la route 66 aux USA ?   Il faut un minimum de 18 jours pour parcourir le trajet dans son intégralité. Mais vous pouvez aussi l’organiser en tronçons. Évitez si possible l’hiver, car certaines routes sont peu praticables, ainsi que le cœur de l’été (juillet-août), où les 40° peuvent vite devenir plombant.     L’itinéraire se fait idéalement d’est en ouest, mais les locations sont parfois moins chères en one-way dans le sens opposé.     En saison, il est plus sage de réserver. Mais il existe tout au long de la route 66 une multitude de petits motels typiques pour vivre à 100 % l’American way of life. Au style fifties ou sixties, replongez-vous dans la grande époque de l’automobile !     Le petit plus consiste à louer une Harley Davidson pour se transformer en rider, à avaler l’asphalte sous une chaleur et une lumière dignes d’un film d’Hollywood.      Pour organiser votre road-trip sur la Route 66, n’hésitez pas à contacter Karen, notre spécialiste Etats-Unis qui sera ravie de vous organiser le plus beau des voyages ! Un road trip côté Est pour découvrir la Floride     Avec ses eaux cristallines et ses températures incroyablement douces, la Floride se prête particulièrement bien à un road-trip pour rejoindre Orlando à Key-West, avec la possibilité d’une boucle pour remonter ensuite à son point de départ via Les Everglades et l’île de Sanibel. Seul ou en famille, voilà un road-trip incroyable pour découvrir la Gold Coast américaine !Que voir en choisissant un road trip en Floride ?   La Highway One, qui traverse les USA du nord au sud s’étend au total sur 3813 km. Sa borne 0 est située dans la ville de Key West, et vous traverserez 15 États jusqu’au Canada !   La partie la plus magique en Floride reste son extrémité sud, l’Overseas Highway, une succession de ponts permettant d’embrasser tout l’archipel des keys avec ses dégradés de vert et de turquoise, et dont les eaux cristallines invitent au farniente ou au snorkeling.   Au nord de Miami l’envoûtante, Orlando et Cap Canaveral s’imposent comme incontournables, tandis que Key Largo et Key West au sud, se présentent comme deux lieux de villégiature à la renommée largement méritée.      Sur la côte ouest, Crystal River est inoubliable pour une expérience unique : la possibilité de nager avec des lamantins en milieu sauvage.     Comment faire un road trip en Floride ?   Comptez une semaine si vous vous contentez de Miami et des Keys ; deux si vous envisagez une boucle plus complète pour visiter la Floride plus profondément. C’est une région fortement ensoleillée lui ayant valu son surnom de Sunshine State, mais veillez à éviter la période humide de mai à octobre, et notamment la fin de l’été ou les tempêtes sont fréquentes.     Le must consiste à effectuer ce road-trip en décapotable, dans le pur esprit Miami !Un road trip côté Ouest pour découvrir l'ouest américain et les parcs nationaux     S’il existe une région des États-Unis qui symbolise à elle seule les grands espaces, c’est bien l’ouest américain, avec des endroits mythiques comme Monument Valley ou le Grand Canyon du Colorado ! Les parcs nationaux sont d’une telle richesse qu’il est d’ailleurs impossible de tous les découvrir en un seul voyage. Attachez vos ceintures, le must américain vous attend. Que voir en choisissant un road trip dans l'Ouest Américain ?   Résumer l’ouest américain en quelques mots est impossible, tant ses sites sont variés ! Rien de commun en effet entre les séquoias géants de Yosemite, et la terre rouge sacrée des réserves Navajo de Monument Valley. Rien de commun non plus entre le bleu profond du Lake Powell, et les magnifiques dégradés de rouge et d’ocre de Bryce Canyon ou de Zion, ni même entre les maisons victoriennes de San Francisco et les splendides propriétés de Beverly Hills. C’est pourtant tout ça, l’Ouest américain ! L’alliance de la nature et de la démesure, permettant de passer en quelques heures du silence de la Vallée de la Mort à la folie de Las Vegas.     Choisir un road-trip dans l’ouest américain, c’est la certitude de vivre la liberté du rêve US, en parcourant à son rythme quelques-unes des plus belles routes scéniques du monde. Découvrez la California Dream Highway pour longer le Pacifique et ses falaises parfois impressionnantes ; sillonnez la Monument Valley Scenic Drive, où l’incroyable coucher de soleil prend la couleur de la terre, semblant toucher les mesas sacrées dressés vers le ciel tout en adoptant leur couleur…    Comment faire un road trip en Californie ou dans l'Ouest Américain.   Un road-trip en Californie ou dans l’ouest américain doit bien se préparer. Il vous faut en effet bien apprécier les distances en fonction du temps dont vous disposez. De plus, l’offre d’hébergement, notamment dans les Parcs Nationaux en haute saison, se remplit très vite. D’où l’intérêt d’avoir recours à un spécialiste.      Côté saisonnalité, ce road-trip peut s’organiser toute l’année, sauf l’hiver où certaines routes du Parc Yosemite sont enneigées. L’idéal reste la période de mai à octobre, avec toutefois des températures très chaudes en juillet-août notamment du côté de la Death Valley. Un road trip pour les amoureux de la musique : La route du Blues ou Blues Highway 61   Outre ces quelques routes mythiques, les États-Unis offrent bien d’autres possibilités en matière de road-trip, tant l’automobile fait partie du mode de vie ! Même Bob Dylan, dans son album Highway 61, a contribué au mythe de certains trajets, à l’instar de la route du blues, qui file sur 1600 km de Chicago à la Nouvelle Orléans.     Longeant le Mississippi au cœur de l’Amérique profonde, la Highway 61 s’étend officiellement de Wyoming (Minnesota) à La Nouvelle-Orléans (Louisiane), en traversant quelques-unes des villes plus mythiques des amoureux de jazz, de country, de rock ou de blues. Saint-Louis, Memphis ou Nashville sont autant de cités où la culture musicale est encore puissante, sur la trace de chanteurs légendaires encore célébrés sur place, dans des clubs où les soirées s’écoulent dans une atmosphère joyeuse et bon enfant.     Plus qu’un pèlerinage musical, la Route du blues, est aussi une découverte de l’histoire américaine et de l’esclavage, célébrant cette musique créée par les Afro-américains travaillant dans les champs de coton pour se faire entendre.     Choisir ce road-trip aux États-Unis est aussi un moyen de comprendre, à travers l’histoire ancienne, ce qui fait aujourd’hui encore toute l’âme et la culture des USA, un pays symbole de liberté, marqué aussi par sa complexité.Un road trip sur la Pacific Coast Highway US1 - De San Francisco à Los Angeles   L’une des plus belles routes panoramiques au monde, qui longe la côte Californienne.    Elle offre des vues incroyables sur l'océan Pacifique, le long des forêts de séquoias et serpente en pleine nature. Cette zone côtière se distingue par des falaises qui tombent à pic dans le Pacifique.     Le trajet, du nord au sud de la Californie, par exemple de San Francisco à Los Angeles, pour être du bon côté de la route, et ainsi avoir les nuances de bleu de l’océan directement à votre droite, en suivant la route côtière, la Pacific Coast Highway n°1, est une expérience inoubliable. Que voir en choisissant un road trip de San Francisco à Los Angeles ?   Au départ il y a San Francisco, un passage obligé dans tout voyage en Californie, ne serait-ce que pour admirer son célèbre Golden Gate dont les deux tours émergent, en été, d’une mer de brouillard.   Passage ensuite par Monterey, la station balnéaire de San Francisco. Une péninsule dans le Pacifique.    Passage obligé ensuite par Carmel,    Puis Big Sur, avec le Bixby Creek Bridge emblème de la Highway 1.  Big sur est l’une des perles de la Côte Ouest.  Spectaculaires reliefs découpés, forêts de séquoias, falaises abruptes qui se jettent dans l'océan, torrents… Le parc national de Big Sur est l'endroit rêvé pour tous les amateurs de nature sauvage.   Halte obligée au Julia Pfeiffer Burns State Park, un endroit paradisiaque. Un vrai paysage de carte postale, avec ses pins, sa plage de sable fin, sa cascade s’écoulant dans la mer….      Plus au sud, faites une halte dans la Riviera Américaine, et la fameuse Santa Barbara.    Continuez vers Palm Springs, et petit arrêt à Joshua Tree !      Toujours par la Côte, rejoignez ensuite les plages du quartier de Santa Monica à Los Angeles.Et vous, quel sera votre prochain road-trip ? Quelle aventure choisissez vous ?      Pour parcourir les routes mythiques des Etats-Unis, n’hésitez pas à contacter Amériques Aventure.      Plus d’infos : info@ameriques-aventure.com
Demander un devis
Nous vous recontactons, à la vitesse de la lumière !
Newsletter Amériques Aventure
Je m’abonne à la newsletter (une par mois) et je reste informé(e) des nouveautés