Aller au menu Aller au contenu

Les 10 plus beaux parcs nationaux du Costa Rica

Route pour le Costa Rica ! 

 

 

Destination idéale pour un voyage nature, le Costa Rica regorge de parcs nationaux. Il faut dire que ce petit pays abrite à lui seul 6% de la biodiversité mondiale. Ainsi on compte pas moins de 28 parcs nationaux dont la plupart font partie du patrimoine mondial de l'UNESCO. Pour découvrir la faune sauvage et la flore exubérante du Costa Rica, découvrez notre top 10 des plus beaux parcs nationaux du pays.

Le parc du volcan Arenal

 

Le volcan Arenal est l’emblème du Costa Rica, avec sa forme de cône parfait. Il culmine à 1720 mètres de haut et est le volcan le plus jeune et le plus actif du pays. Ce n’est pas étonnant que le parc éponyme qui l’abrite avec plus de 12 000 hectares soit l’un des incontournables du Costa Rica. Le parc abrite aussi le lac Arenal, un immense lac artificiel, un deuxième volcan, le Cerro Chato, et une variété de paysages tous plus époustouflants les uns que les autres, des forêts tropicales qui abritent des cascades, des piscines naturelles aux eaux d’un bleu envoutant et des sources d’eaux thermales. Côté animaux, on y croise des tapirs, des paresseux, des capucins, des colibris, mais également, même s’ils sont plus rares à apercevoir, des jaguars et l’emblématique quetzal avec son beau plumage vert. 

​​

Vous pourrez pratiquer la randonnée, faire du rafting dans une rivière qui coule le long du volcan ou encore du kayak ou du canoé sur le lac Arenal avant de vous prélasser dans les sources chaudes de La Fortuna.

Monteverde et sa forêt de nuages

 

Au sud du lac Arenal, la réserve de Monteverde s’étend sur plus de 10 hectares. C’est une forêt vierge d’altitude qui baigne dans la brume. C’est pour cela qu’on parle de forêt de nuages. Elle concentre 2,5 % de la biodiversité mondiale avec environ 10 % d’espèces de plantes endémiques. Le climat humide et l’altitude rendent la végétation d’un vert intense et la rendent très dense. Côté faune, elle abrite des singes hurleurs, des capucins, des cerfs, des tapirs, des paresseux, des pumas, des marsupiaux mais aussi de nombreuses espèces de papillons, serpents et grenouilles. 

 

Pour visiter la réserve de Monteverde, vous pourrez pratiquer la randonnée pédestre ou à cheval. Mais vous devrez surtout emprunter absolument les ponts suspendus qui sont les plus beaux du Costa Rica et qui vous offriront une balade en altitude, véritablement dans les arbres.

Tortuguero, la petite Amazonie de l’Amérique Centrale

 

Situé sur la côte Caraïbe, le parc national de Tortuguero est formé d’îles marécageuses qui abritent une biodiversité fascinante. Il est uniquement accessible en bateau ou par avion. Ses forêts humides, lagons, marais, piscines naturelles, mangroves en font un écrin de nature mais le parc est aussi réputé pour ses 35 km de plage de sable gris sur lesquelles les tortues de mer (tortues luth et tortues vertes) viennent pondre d’avril à octobre. Vous pourrez assister à ce spectacle magique mais aussi visiter le centre de conservation caribéen des tortues

 

Outre les tortues, Tortuguero abrite pas moins de 309 espèces d’oiseaux, 111 espèces de reptiles, 57 espèces d’amphibiens et 60 espèces de mammifères. Promenez-vous sur les sentiers balisés ou naviguez sur les canaux pour explorer le parc. Entre autres vous observerez des agoutis, des paresseux perchés dans la cime des arbres, des toucans, colibris, de nombreuses espèces de singes dont le singe araignée et le singe hurleur dont on entend le cri reconnaissable entre mille avant même de le voir. 

Le parc de Rincon de la Vieja et ses 3 volcans

 

A quelques heures de San Jose, la capitale du Costa Rica, sur la côte ouest, s’étend le parc Rincon de la Vieja qui tire son nom de l’un des 3 volcans qui s’y trouvent. En effet, le parc abrite 3 immenses volcans, Rincón de la Vieja, Santa María et Cerro Von Seebach. Rincon de la Vieja est encore actif tandis que les autres sont éteints mais ont toujours une activité géothermique qui explique la présence de geysers, fumerolles, marres de boue bouillonnantes et sources d’eaux chaudes qui créent un environnement spectaculaire. 

 

Il offre par ailleurs une grande diversité de paysages avec des forêts sèches, des forêts tropicales et des forêts nuageuses. Pas moins de 32 rivières y coulent également en faisant un des sites où on compte le plus de cascades. 

 

Côté faune, elle est également riche et variée à Rincon de la Vieja avec plus de 300 espèces d’oiseaux parmi lesquelles l’araponga, le quetzal et le toucanet émeraude qui peuplent le ciel et les oiseaux du parc. On peut aussi croiser de nombreux mammifères dont des cougars, des singes, des kinkajous ou des jaguars. 

Le parc national du volcan Tenorio

 

Comme Rincon de la Vieja, Tenorio se situe dans la région du Guanacaste. Il est réputé dans le monde entier car c’est là qu’on peut admirer la cascade Rio Celeste et la laguna azul. Des minéraux colorent l’eau qui est ainsi d’un bleu intense ce qui la rend particulièrement belle, presque irréelle. Autre phénomène spectaculaire à observer dans ce parc, le Teñidero qui est l’endroit où le río Buena Vista et la Quebrada Agria se rencontrent et où l’eau change de couleur d’un coup, comme par magie. 

 

Le Tenorio faisant partie des volcans encore actifs du Costa Rica, vous trouverez autour des eaux thermales chaudes et bains bouillonnants. 

 

Le parc abrite aussi des forêts tropicales nuageuses de palmiers, héliconies, fougères, orchidées et bromélacées dans lesquelles évoluent des espèces menacées comme le paca, le tapir ou le puma.

Le parc national du volcan Poas

 

Le parc national du volcan Poas se situe dans la province d’Alajuela, vallée centrale du Costa Rica. Le volcan Poas est l’un des plus actifs du pays. Il faut donc visiter le parc lorsque celui-ci est éteint. En effet, l’ascension du volcan est l’une des attractions principales du site. En effet, il faut absolument voir son cratère principal pour admirer les éruptions de geysers et de lave mais aussi son deuxième cratère Botos, qui abrite un sublime lac vert émeraude. 

 

Outre le volcan, on trouve aussi dans le parc une forêt tropicale dense dans laquelle vivent de nombreux oiseaux dont le Merle couleur argile, le Quetzal, de nombreux toucans et le Guan noir. 

Le parc national marin de Ballena

 

Direction la côte Pacifique du Costa RIca pour visiter ce parc océanique et admirer la faune marine. De décembre à avril, des baleines à bosse en pleine migration viennent se reproduire dans ces eaux tropicales. Mais, si l’observation des baleines et l’attrait principal de Ballena, on peut aussi y admirer des requins marteaux, dauphins tachés, dauphines nez de bouteille, raies mantas, poissons perroquets. 

 

Vous profiterez de ce parc océanique depuis les plages de Ballena, Uvita ou Pińuela et pourrez faire de la plongée dans les spots du parc, îlots Tres Hermanas, punta Ballena et récifs de l’île Ballena ainsi que du snorkeling autour du Tombolo, un immense rocher considéré comme l’un des meilleurs spots du pays. 

Manuel Antonio

 

Manuel Antonio est également situé sur la côte Pacifique du Costa Rica. Véritable coin de paradis, il est considéré comme l’un des plus beaux parcs du monde. La partie terrestre ne s’étend que sur 2000 hectares, bordés de sublimes plages, Playa Espadilla Sur, Playa Manuel Antonio et Playa Puerto Escondida où l’eau est chaude et turquoise, invitant à la baignade et au snorkeling. Vous découvrirez un véritable aquarium naturel dans la partie marine du parc avec des poissons tropicaux colorés, des coraux, mais  aussi des tortues, dauphins et baleines à bosse. 

 

Véritable cocon de nature, Manuel Antonio est recouvert de forêts tropicales, arbres à pluie et mangroves où vous pourrez observer des capucins, singes hurleurs, écureuils, paresseux, iguanes, toucans, colibris ou agoutis. C’est peut-être même ici que vous verrez le plus d’animaux. 

Le parc national de Piedra Blancas

 

Direction le sud du Costa RIca et la péninsule d’Osa pour les deux derniers parcs de ce top 10 visant à vous permettre de préparer votre voyage au Costa Rica. Vous y découvrirez un Costa Rica encore plus sauvage. À l’entrée de la péninsule d’Osa, s’étend le parc national de Piedra Blancas. Bordé par le Golfo Dulce, il abrite de nombreuses cascades et des montagnes escarpées recouvertes de forêts tropicales.

 

Côté faune sauvage on y croise des ratons laveurs, coatis, kinkajous, grisons, jaguars, ocelots, pumas ainsi que de nombreux reptiles. C’est aussi un endroit idéal pour le birdwatching puisque c’est l’une des escales des oiseaux migrateurs.

 

Pour visiter le parc, vous pourrez pratiquer la randonnée et le kayak mais également emprunter les tyroliennes pour une dose de fun et de sensations fortes. 

Le Corcovado

 

Au cœur de la péninsule d’Osa, vous découvrirez le parc national du Corcovado, véritable paradis de l’éco-tourisme. Le Corcovado est recouvert d’une forêt primaire dense et abrite l’une des dernières forêt tropicale de plaine de la planète. On y trouve de nombreuses espèces en voie de disparition comme le tapir de Baird ou l’aigle harpie. On compte pas moins de 140 espèces mammifères, 400 espèces d’oiseaux et 120 d’amphibiens et de reptiles. 

 

Comme seulement 20% des animaux sauvages qui peuplent le Corcovado sont visibles le jour, il est conseillé de séjourner dans l’un des écolodges présents dans le parc pour vivre l’expérience d’un safari nocturne. 

Découvrez le Costa Rica autrement 

 

Les parcs nationaux vous permettront de découvrir la faune et la flore exceptionnelles du Costa Rica. Avec ses animaux sauvages, ses activités sportives, ses plages paradisiaques, ses volcans et sa nature luxuriante, ce petit pays d’Amérique Centrale est une destination idéale pour un voyage nature et aventure en famille.

 

Découvrez la plupart de ces parcs dans notre grand tour du Costa Rica, suggestion d'itinéraire à personnaliser en sur mesure. 

Découvrez d'autres articles sur mesure

Faune et Flore au Costa Rica

Bienvenue au Costa Rica !    Si le Costa Rica peut aujourd’hui se targuer d’être LA destination du tourisme vert et de l’écotourisme par excellence, ce n’est pas sans raison. Loin de suivre un phénomène de mode, le pays a en effet été précurseur, en créant dès 1960 plusieurs dizaines de parcs nationaux, dont les plus connus  sont les Parc National Manuel Antonio et Corcovado (côté Pacifique), le Parc National Tortuguero (côté Caraïbes) et le Parc national Poas (Vallée Centrale). En créant ces immenses réserves animalières et biologiques, le pays voulait alors préserver une biodiversité exceptionnelle. Aujourd’hui, le Costa Rica consacre 23% de sa superficie à la protection de sa faune et sa flore, faisant de cette destination ensoleillée un paradis pour les amoureux de la nature.Faune et flore du Costa Rica, pourquoi une telle biodiversité?   A l’échelle du monde, le Costa Rica ne représente que 0,03 % de la surface totale de la terre émergée… Mais ces 0,03% correspondent pourtant à 6 % de la biodiversité mondiale ! Un tel décalage interroge, et prouve en tout cas l’incroyable biodiversité du pays, tant pour les plantes que les animaux.   En réalité, cette nature si généreuse s’explique par les nombreux écosystèmes qui couvrent le pays, et qui découlent en grande partie de sa géographie.   Avec deux aires continentales bordées par deux océans, Atlantique et Pacifique, séparées par une chaîne de volcans, cet éden tropical propose en effet une grande variété de microclimats, et donc d’écosystèmes, où ont pu s’épanouir une faune et une flore très riches.   Impossible évidemment d’en faire la liste car, rien que côté faune, le Costa Rica ne recense pas moins de 615 espèces différentes, soit 6 fois plus que celles recensées en Amérique du Nord ! Et c’est en explorant les différents écosystèmes que le voyageur prendra la mesure de cette nature sauvage, encore préservée des activités humaines souvent délétères.     Prenez donc le temps d’explorer les différents parcs avec des guides locaux, amoureux de leur patrimoine naturel, qui sauront vous faire entrer en communion avec cette terre imposant véritablement le respect.De la forêt primaire à la forêt de brouillard   On sait aujourd’hui la place essentielle que jouent pour la planète les forêts tropicales humides, et les forêts primaires n’ayant jamais connu l’activité humaine. Ces dernières sont considérées comme étant les biotopes les plus riches.   Avec sa chaine volcanique et ses deux océans, le Costa Rica possède plusieurs forêts de brouillard, où se forme un halo presque fantasmagorique et envoûtant.   Le Parc National Braulio Carrillo, au centre du pays, est la plus grande étendue de forêt primaire, avec 47 600 ha qui accueillent plus de 6000 espèces de plantes, soit 50% de la totalité des espèces répertoriées au Costa Rica. Ses fougères géantes sont capables de protéger une famille entière de la pluie, d’où leur surnom de parapluie de l’homme pauvre ! Les sentiers permettent de découvrir quelques-unes des 500 variétés différentes d’oiseaux, résidents et migrateurs, qui peuplent le parc.   Mais la rain-forest la plus majestueuse reste sûrement la réserve de Monteverde, considérée par beaucoup comme l’une des plus belles forêts de brouillard du Costa Rica. C’est un endroit idéal pour découvrir la flore endémique riche en orchidées (il en existe 1500 espèces différentes au Costa Rica) ou en héliconies, accompagnées d’une multitude d’oiseaux et de papillons.   La réserve propose plusieurs ponts suspendus pour apprécier la canopée, ainsi qu’un vivarium pour en apprendre plus sur les espèces endémiques de serpents, de grenouilles ou de salamandres. Les dendrobates (8 espèces différentes au Costa-Rica) ou les grenouilles de verre (13 espèces) sont parmi les plus typiques du pays.   Ce sont d’ailleurs pour certaines des espèces menacées ou en cours de disparition, comme la superbe grenouille arlequin ou le crapaud doré de Monteverde.La forêt équatoriale et ses bruits parfois inquiétants   En dehors des forêts humides souvent dans le brouillard, le Costa Rica réserve aussi aux visiteurs de magnifiques forêts équatoriales « classiques », peuplées d’animaux parfois très bruyants, et de plantes épiphytes !   Vous y découvrirez des arbres uniques au monde, comme l’impressionnant Ceibo haut de 70 mètres, ou le figuier étrangleur qui semble enserrer une proie avec son allure humaine ! Loin de se contenter d’un camaïeu de vert, ces forêts vous offriront des couleurs chatoyantes, à l’instar du jaune lumineux du Corteza Amarilla, du rouge du Flamboyant ou du spectaculaire bleu du Jaracanda en fleurs.   Prenez le temps d’observer les nombreux oiseaux qui peuplent ces forêts, dont les reflets lumineux apportent encore une touche de couleur et de lumière. Admirez par exemple le toucan, reconnaissable à son énorme bec jaune ! Les plus chanceux pourront percevoir le Quetzal resplendissant, avec sa poitrine rouge et sa longue queue verte. C’est lui qui fait notamment la renommée du Parc National Los Quetzales.   En levant les yeux vers les cimes, vous pourrez aussi contempler les nombreux mammifères qui vivent dans la forêt équatoriale, comme des paresseux, des singes capucins à tête blanche, des singes écureuils ou de spectaculaires singes hurleurs, dont le cri porte à 1 km ! Ils sont fréquemment observés dans le Par National Manuel Antonio.     Certains animaux sont plus difficiles à entrevoir, mais réservent alors des moments de grâce, comme le Tapir de Baird ou, plus rare car très peureux en réalité, le jaguar du Parc National Corcovado. Vous en finirez presque par oublier les charmants Coati à nez blanc, sorte de ratons laveurs que vous croiserez surement à de multiples reprises !Les zones humides et les lagunes, un écosystème merveilleux   En descendant des forêts tropicales humides vers les forêts tropicales plus sèches, les écosystèmes changent, avec souvent des zones intermédiaires humides composées de marais ou de mangroves, où l’eau et la terre semblent fusionner comme une ode à la vie et à la nature.   Comment ne pas être émerveillé par les berges sablonneuses des canaux du Parc National de Tortuguro, dont les lacis marécageux s’étendent dans une forme d’indolence qui impose le respect ? C’est dans ce coin du bout du monde, sur les côtes Pacifique, que viennent pondre les tortues-luth géantes de mars à juillet, et les tortues vertes de juin à octobre ; c’est un spectacle saisissant !     Côté terre, ce parc est un paradis qui accueille sur 19 000 ha quelque 300 espèces d’oiseaux, 111 espèces de reptiles et 60 espèces de mammifères. Les canaux se parcourent en petit bateau, souvent accompagné par des libellules saphir qui rajoutent à ce moment de grâce une touche de magie. Si le parc est très riche en oiseaux endémiques, comme les oropendolas à bec coloré ou les tangaras, il accueille aussi l’hiver de nombreuses espèces migratrices, venues profiter ponctuellement de ce coin de paradis.La Côte Pacifique ou Caraïbes, riche en rencontres et en émotions   Côté mer, les écosystèmes marins se modifient totalement. Mais là encore, les rencontres s’annoncent magiques entre dauphins, lamentins (du côté de Puerto Viejo de Talamanaca notamment), baleines ou tortues marines en saison.   Le Costa Rica accueille ainsi sur ses côtes Pacifique aussi bien la tortue olivâtre, la plus petite des tortues marines du pays (ponte en septembre octobre sur la Playa Ostional du Parc National Fauna Silvestre Ostiona), que l’impressionnante tortue luth qui peut dépasser les 350 kilos (pic de ponte en octobre novembre sur les plages des péninsules d’Osa et de Nicoya) !   C’est aussi côté Pacifique que vous pourrez observer les 3 espèces de baleines qui longent les côtes du Costa Rica : la baleine à bosse, la fausse-orque et le globicéphale baleine-pilote.   Côté Pacifique sud, privilégiez le Parc National Marino Ballena, la baie de Drake et le PN de Corcovado ; pour le Pacifique Nord, préférez le golfe de Papagayo. Les dates varient selon les espèces, mais janvier-avril reste la période idéale.   Quant aux plongeurs, ils ne sont pas en reste, avec là aussi une faune allant des dauphins à gros nez aux raies Manta, en passant par le gentil requin-baleine, impressionnant avec ses 2 tonnes et ses 6 mètres de long !       À lui seul, il symbolise toute la puissance et la douceur de cette exceptionnelle faune et flore du Costa Rica, qui incitent toutes deux, plus que jamais, à continuer de préserver une nature ailleurs menacée.Découvrez le Costa Rica avec Amériques Aventure ! 

Que voir que faire dans la péninsule de Samana en République Dominicaine ?

La République Dominicaine hors des sentiers battusEn quelques années, la République Dominicaine s’est imposée comme une destination touristique majeure, grâce à des atouts indéniables : des plages de sable fin aux eaux cristallines, un soleil quasi-permanent, une population locale très accueillante et un rapport qualité-prix parfois imbattable. Cet engouement populaire mérité a permis le développement d’une offre touristique de qualité mais souvent qualifiée « de masse », notamment autour de Punta Cana, tendant à rebuter certains vacanciers. Il existe pourtant un endroit encore préservé en République Dominicaine : la fabuleuse péninsule de Samana.     Cette région, située au Nord-Est de l’île d’Hispaniola, éloignée des grands flux touristiques, a gardé tout ce qui fait le charme, l’authenticité et la beauté exceptionnelle de cette île des Caraïbes.     Des plages magnifiques aux rencontres mémorables avec les baleines à bosse qui viennent nager à proximité des côtes, découvrez pourquoi la presqu’île de Samana laisse un souvenir inoubliable à tous ceux qui prennent le temps de la découvrir.La péninsule de Samana, l’autre visage de la République Dominicaine   Comme le reste de la République Dominicaine, la presqu’île de Samana a de quoi séduire autant les amoureux de plages paradisiaques, que les amateurs d’une nature sauvage, préservée, à la faune et aux paysages de toute beauté.   Découvrez les trois bonnes raisons de partir en vacances à Samana.Des plages paradisiaques préservées   Difficile d’imaginer des vacances aux Caraïbes sans une eau cristalline à 27°C et de longues plages de sable blanc, qui invitent tout autant au farniente qu’au snorkeling ou à la baignade. Et ça tombe bien, car la région de Samana comprend quelques-unes des plus belles plages de la République Dominicaine, sans connaître la foule de Punta Cana.        La balade en bateau pour les plages Fronton, Madame, Playita et Rincon   Impossible de séjourner à Samana sans consacrer au moins une journée à explorer en bateau la côte caribéenne. Des excursions à la journée vous permettent de découvrir quatre plages magnifiques, avec leur identité propre.   Les amateurs de snorkeling baigneront de bonheur dans les eaux cristallines de Playa Fronton, au milieu de poissons multicolores, tandis que les amateurs de Koh Lanta découvriront avec nostalgie la plage sauvage de Playa Madame, qui a servi de décor à la célèbre émission télévisée.     Mais le coup de cœur reste sans conteste Playa Playita, avec son sable doux d’une blancheur infinie et son petit lagon aux coloris turquoise, offrant tout un dégradé de bleu et de vert. Ce petit coin de paradis, apprécié par les locaux, n’a rien à envier aux plus belles plages des Maldives ou de Polynésie. L'excursion sur l'île de Cayo Leventado   Autre incontournable : l’excursion à la journée sur l'île de Cayo Levantado où vous pourrez, au choix, pratiquer des activités sportives ou vous isoler pour un moment détente et de baignade.   L’idéal est de déjeuner sur place, soit en préparant un repas pique-nique, soit en profitant de l’offre de restauration locale, en savourant un délicieux poisson grillé, les pieds dans le sable, devant le bleu infini de la mer et du ciel. Une nature luxuriante   La région de la péninsule de Samana offre bien d’autres excursions fabuleuses à ceux qui veulent découvrir une nature authentique, et passer du bleu des Caraïbes à la fraîcheur de la forêt.   Il faut alors impérativement faire la petite balade, à pied ou à cheval, pour rejoindre la cascade El Limon. Avant d’atteindre cette rafraichissante chute d’eau haute de 50 mètres, vous découvrirez une forêt totalement dépaysante, composée de cocotiers et de plantes tropicales, et peuplée d’oiseaux chanteurs.   En y allant le matin, vous aurez peut-être la chance d’être seuls à vous baigner dans ces eaux revigorantes aux reflets émeraude, dans un cadre majestueux qui impose le respect et la communion totale avec la nature.Une faune exceptionnelle   La visite du Parc National Los Haitises   Côté terre, les amoureux de nature sauvage ne pourront manquer le Parc National Los Haitises, classé au patrimoine naturel de l’Unesco.     Il est obligatoire de prendre sur place un guide certifié ou un tour agréé.    Signifiant « terre vallonnée » en langage Taïno, ce parc naturel de 1 600 kilomètres carrés était autrefois un lieu sacré pour ses habitants précolombiens.   Il est vrai que son paysage, rencontre fusionnelle entre la terre et la mer, a quelque chose de magique et d’impressionnant, qui rappelle un peu la baie d’Halong au Vietnam.   La promenade en bateau, entre mangroves et palétuviers, permet d’admirer des paysages à couper le souffle et une faune exceptionnelle, avec de nombreuses espèces d’oiseaux endémiques, comme des faucons, des pélicans, des hérons ou des pics de toutes les couleurs.   Les guides locaux vous permettent aussi de découvrir quelques traces de culture pré-colombienne, avec les grottes autrefois habitées ou les traces d’écriture pétroglyphe.Un festival annuel à ne pas manquer !    Mais ce qui a aussi construit la renommée de la presqu’île de Samana, et qui justifie en soi un voyage en République Dominicaine, c’est un spectacle annuel de toute beauté qui se déroule chaque hiver dans la baie de Samana : la période de reproduction des baleines à bosse, qui quittent les eaux froides du Saint-Laurent pour se reproduire de janvier à mars dans ces eaux chaudes, transparentes  et cristallines. Impossible de ne pas vous laisser tenter par un safari nautique si vous visitez la péninsule de Samana durant cette saison ! De nombreuses agences locales proposent cette découverte de toute beauté.     Suivre une baleine sur quelques centaines de mètres, voir le ciel bleu se fendre brutalement d’un geyser, découvrir une queue surgir à quelques mètres ou être saisi par le saut d’une baleine restent autant de moments d’émerveillement, à jamais gravés dans les souvenirs, même pour de jeunes enfants.   Comme tout « safari » observant des baleines sauvages, il existe toujours une part d’incertitude. Mais rassurez-vous, il est vraiment exceptionnel de ne rien voir !    C’est tout l’intérêt de choisir des spécialistes, qui connaissent parfaitement la baie de Samana et qui jouissent d’une grande expérience des baleines à bosse.  Comment visiter la presqu'île de Samana ?   Même si Samana ne pratique pas le tourisme de masse, la péninsule offre toute l’infrastructure hôtelière et touristique qui fait aussi le succès de la République Dominicaine.Quand partir à Samana ?    La presqu’île de Samana est ensoleillée toute l’année, avec des températures moyennes entre 24 et 30°C et une eau incroyablement douce.     La période idéale s’étend de janvier à mars, février étant parfait pour l’observation des baleines à bosse. Où loger à Samana ?    Les villes de Las Terrenas ou Las Galeras constituent des points de départ parfaits, d’où vous pouvez rayonner sur toute la région.   L’offre hôtelière est de qualité, avec tout le charme de l’authenticité et de l’hospitalité du peuple dominicain.   Notre adresse coup de cœur à Samana,    Le Sublime Samana Hotel & Residences, un écrin tropical exceptionnel pour prolonger vos vacances aux Caraïbes.    Autour de la péninsule de Samana, reconnue comme une des plus belles Baies au monde, les expériences sont multiples et en harmonie avec une nature très préservée.    Diverses activités y sont possibles, comme partir explorer la péninsule de Samana en catamaran, parcourir le Parc National de Los Haities, ses mangroves et cayos. Faire la découverte des plages sauvages et de la sublime cascade de Limon à cheval, ou encore faire du kitesurf, du snorkeling  ou du buggy ! De véritables expériencences à vivre pour un souvenir inoubliable de la République Dominicaine.    Que faire sur la presqu'île de Samana ?    Entre les plages paradisiaques et les environs luxuriants, il y a l’embarras du choix. La région est suffisamment touristique pour proposer la plupart des activités nautiques, comme la plongée ou le kite-surf.   Si la vie nocturne est moins développée qu’à Punta Cana, discothèques, casinos ou bars sauront tout de même accueillir les noctambules dans la bonne humeur et la détente qui sied à des vacances réussies.    La merengue ou la bachata n’auront alors plus de secret pour vous.      
Demander un devis
Nous vous recontactons, à la vitesse de la lumière !
Newsletter Amériques Aventure
Je m’abonne à la newsletter (une par mois) et je reste informé(e) des nouveautés